Si Simz m’était contée

STILLNESS IN WONDERLAND, PAR LIT­TLE SIMZ (AGE : 101 MU­SIC).

L'Obs - - Écouter - FA­BRICE PLISKIN

Saxo­phones, trom­pettes et fan­fares re­luisent sur le disque de Lit­tle Simz, où la rap­peuse lon­do­nienne dé­tourne le mo­tif d’« Alice au pays des mer­veilles », en quête d’elle-même. « No More Wonderland », conclut-elle au terme de son voyage in­té­rieur, où, dans une am­biance syn­thé­tique aux cla­viers jaz­zy, al­ternent les titres fré­né­tiques (« Pic­ture Per­fect », « Shot­gun ») et les plages lentes aux gui­tares élé­giaques. Sur « LMPD », elle a in­vi­té le Ja­maï­cain Ch­ro­nixx, qui confie avec une douce déses­pé­rance : « Mar­tin Lu­ther King n’en fi­nit plus d’at­tendre pa­tiem­ment que ses rêves de­viennent réa­li­té. » Simz est née il y a vingt­trois ans, sous le nom de Sim­bi Aji­ka­wo. Rap­peuse à deux vi­tesses, son phra­sé ex­quis se fait, à la de­mande, tur­bu­lent ou dé­cla­ma­toire, presque éli­sa­bé­thain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.