Le re­gard

Phi­lo­sophe, es­sayiste, spé­cia­liste de l’is­lam et des évo­lu­tions contem­po­raines de la vie spi­ri­tuelle.

L'Obs - - Sommaire - Par AB­DEN­NOUR BIDAR

d’Ab­den­nour Bidar. Le des­sin de Wiaz

Quel bon­heur de n’être pas can­di­dat à l’élec­tion pré­si­den­tielle! Ima­gi­nons ce qu’on fe­rait une fois élu sans s’abais­ser au ri­tuel de la fausse pro­messe ni être te­nu par la sem­pi­ter­nelle ques­tion du réa­liste et du réa­li­sable. Moi, pré­sident, quelles se­ront mes prio­ri­tés ? D’abord, nous ou­vri­rons avec mon équipe un grand chan­tier qui bou­le­ver­se­ra notre rap­port au tra­vail. Nous ré­dui­rons le temps de tra­vail à vingt heures heb­do­ma­daires, avec la li­ber­té pour cha­cun de tra­vailler plus pour ga­gner plus et la ga­ran­tie d’un sa­laire de 2000 eu­ros net par mois. La pos­si­bi­li­té se­ra aus­si of­ferte de per­ce­voir un re­ve­nu ci­toyen d’un même mon­tant, sur pré­sen­ta­tion d’un pro­jet d’ac­ti­vi­té d’in­té­rêt gé­né­ral et/ou d’ac­com­plis­se­ment per­son­nel : en­ga­ge­ment as­so­cia­tif, créa­tion d’en­tre­prise, dé­ve­lop­pe­ment d’un ar­ti­sa­nat ou d’un art, re­prise d’études, voyage ini­tia­tique, etc. ; cette ac­ti­vi­té libre n’au­ra pas né­ces­sai­re­ment pour vo­ca­tion de pro­duire de quoi vivre mais per­met­tra un en­ga­ge­ment qui ait du sens. Cette me­sure ré­sor­be­ra to­ta­le­ment le chô­mage, dès lors que tous ceux qui ne trouvent pas d’em­ploi sa­la­rié se­ront ac­com­pa­gnés dans la construc­tion d’un tel pro­jet d’ac­com­plis­se­ment per­son­nel (PAP). En­fin, les en­tre­prises pri­vées et les ad­mi­nis­tra­tions pu­bliques se­ront no­tées an­nuel­le­ment par leurs em­ployés se­lon plu­sieurs cri­tères : bien-être au tra­vail, ni­veau de la res­pon­sa­bi­li­sa­tion in­di­vi­duelle, qua­li­té des re­la­tions hu­maines, im­por­tance du tra­vail col­la­bo­ra­tif, etc. L’Etat pu­blie­ra cette no­ta­tion, sanc­tion­ne­ra les mau­vais élèves et ré­com­pen­se­ra les bons.

Sur le plan po­li­tique, nous don­ne­rons en­fin les moyens d’exis­ter à la dé­mo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive, res­tée pour l’heure une abs­trac­tion pour trois rai­sons. Un, les gens passent leur vie à tra­vailler et il ne leur reste que trop peu de temps pour prendre en charge les af­faires de la ci­té. Deux, il faut pour cha­cune (édu­ca­tion, en­vi­ron­ne­ment, etc.) des com­pé­tences que tous ne pos­sèdent pas. Trois, le pou­voir est ac­ca­pa­ré par les élus. Pour y re­mé­dier, on comp­te­ra, d’une part, sur la ré­duc­tion du temps de tra­vail à vingt heures et, d’autre part, sur la créa­tion dans chaque mai­rie d’un es­pace de la dé­ci­sion ci­toyenne : un Par­le­ment po­pu­laire, une ago­ra qui se­ra la se­conde mai­son des ci­toyens ; ils y se­ront for­més par des ex­perts, et ce Par­le­ment au­ra le pou­voir d’ac­cep­ter ou de re­fu­ser se­lon la loi de la ma­jo­ri­té toutes les ini­tia­tives pro­po­sées par les élus ou par n’im­porte quel ré­sident fran­çais. Rien ne pour­ra plus être en­tre­pris sans ce vote di­rect qui de­vra im­pli­quer les deux tiers au moins des ha­bi­tants. Dé­mo­cra­tie di­recte lo­cale et to­tale.

Ré­vo­lu­tion­ner ain­si le tra­vail et la dé­mo­cra­tie, c’est rem­pla­cer deux servitudes par plus de li­ber­té. Fin de la sou­mis­sion à ce sa­la­riat qui donne juste à la plu­part d’entre nous de quoi rem­bour­ser leurs cré­dits. Fin de la sub­ju­ga­tion du peuple par une caste po­li­tique toute-puis­sante. Le sen­ti­ment qui do­mine au­jourd’hui dans nos so­cié­tés est, à juste titre, ce­lui d’être dé­pos­sé­dé de son exis­tence. Ce que je pro­pose ici, ce sont donc les le­viers d’une « ré­ap­pro­pria­tion de soi » – conçue non pas sur un mode in­di­vi­dua­liste mais en­ga­gée dans l’exer­cice col­lec­tif de la ci­toyen­ne­té. Uto­pique? Mais quel autre pro­jet de ci­vi­li­sa­tion digne des droits de l’homme que de don­ner ain­si à cha­cun le pou­voir de créer sa vie per­son­nelle, et à tous en­semble de co­créer le monde, au lieu de le su­bir ?

“RÉ­VO­LU­TION­NER LE TRA­VAIL ET LA DÉ­MO­CRA­TIE, C’EST REM­PLA­CER DEUX SERVITUDES PAR PLUS DE LI­BER­TÉ.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.