Pour­quoi elle ? La créa­trice Ta­ma­ra Taich­man

Pour les 10 ans de Ti­la March, sa marque d’ac­ces­soires, la ré­dac­trice de mode sort une col­lec­tion de sacs en édi­tion li­mi­tée, ins­pi­rés par dix quar­tiers de Pa­ris

L'Obs - - Sommaire - Par SÉ­VE­RINE DE SMET

QUI EST ELLE ?

Un jo­li fou­lard sur la tête, un tri­cot en ca­che­mire si­gné Alexan­dra Go­lo­va­no , un sens du chic que l’on a per­du… C’est son amie l’écri­vain Co­lombe Sch­neck qui qua­li­fie le mieux son style : « Sim­pli­ci­té, élé­gance, avec une touche de fan­tai­sie. » Ta­ma­ra Taich­man fait par­tie de cette élite éclai­rée de la mode, celle dont l’élé­gance est mê­lée à une in­tel­li­gence fine. La sty­liste et créa­trice fête cette an­née les dix ans de sa marque d’ac­ces­soires, Ti­la March, avec une col­lec­tion de dix sacs dont les noms rendent hom­mage aux quar­tiers de Pa­ris. Chaque mo­dèle est ac­com­pa­gné d’une nou­velle écrite par Co­lombe Sch­neck. « Fi­na­le­ment, cette édi­tion li­mi­tée ras­semble toute l’his­toire de Ti­la March : une aven­ture très pa­ri­sienne, un sac ico­nique, un uni­vers va­rié. J’adore la mode, mais je m’in­té­resse aus­si à la lit­té­ra­ture, à l’art… », confie la créa­trice.

D’OÙ VIENT ELLE ?

« Nous nous sommes ren­con­trées à l’Ecole al­sa­cienne à Pa­ris, se rap­pelle Co­lombe Sch­neck. Elle a été la pre­mière à me mon­trer que la mode était un su­jet sé­rieux. Dé­cou­vrir une bou­tique, c’était aus­si pour elle un voyage po­li­tique, éco­no­mique et so­cial. » Après des études d’éco­no­mie, Ta­ma­ra Taich­man ren­contre une ré­dac­trice de mode qui lui pro­pose de faire équipe. « Je tra­vaille encore comme ré­dac­trice, ce­la m’amuse beau­coup et m’aide à com­prendre ce dont les femmes ont be­soin et ce qu’on leur pro­pose. J’ai ain­si plus de re­cul sur les dik­tats de la mode. » C’est au « Elle » que Ta­ma­ra Taich­man ap­porte sa touche ins­pi­rée des an­nées 1970, « une époque em­preinte d’au­dace, de joie et de li­ber­tés ac­quises pour les femmes ».

QUE FAIT ELLE ?

Et, en 2006, une nou­velle aven­ture. « J’avais en­vie de me lan­cer. J’ai créé un sac en contre-pied des it-bags de l’époque, sans lo­go mais re­con­nais­sable, que l’on peut por­ter en toutes cir­cons­tances. J’ai por­té mon sac Ze­lig lors d’une fa­shion week, et les per­son­na­li­tés de la mode l’ont re­mar­qué. Voi­là comment tout a com­men­cé. Il n’y a pas de plan mar­ke­ting très pré­cis, juste une en­vie. Et au fil des an­nées, je me suis prise au jeu de la pro­duc­tion, de la fa­bri­ca­tion… » Après les sacs sont ve­nues les chaus­sures, mar­quées elles aus­si par l’élé­gance de la so­brié­té. Sans être noyée dans la mode, avec cette touche in­tel­lec­tuelle, Ti­la March ex­porte au­jourd’hui son style pa­ri­sien en Chine, où elle pro­pose une édi­tion spé­ciale de son sac avec une ar­tiste chi­noise, pré­voit une exposition à Du­baï et une autre au Ja­pon en sep­tembre 2017. L’in­tel­li­gence au ser­vice de la mode s’ex­porte bien.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.