“MON AS­SU­RANCE MA­TER­NI­TÉ”

L'Obs - - Grands Formats -

Anne-So­phie*, char­gée de com­mu­ni­ca­tion de 33 ans, a fait vi­tri­fier ses ovo­cytes à Bar­ce­lone, en Es­pagne, il y a plus de deux ans

« J’ai conge­lé mes ovules pour mes 30 ans. C’est la meilleure dé­ci­sion que j’aie ja­mais prise. A cet âge, on res­sent beau­coup de pres­sion so­ciale. Les gens vous disent : « A quand les bé­bés ? », « A quand le prince char­mant ? » Je ne vou­lais pas me dire que je ris­quais l’in­fer­ti­li­té, le temps pas­sant. J’ai l’im­pres­sion d’avoir ga­gné une dou­zaine d’an­nées de tran­quilli­té. Je suis cé­li­ba­taire et je ne veux pas condi­tion­ner mes fu­tures re­la­tions à cette en­vie ab­so­lue d’être ma­man. Mon gy­né­co­logue m’a re­com­man­dé la cli­nique Eu­gin. J’ai dû ap­prendre à me faire des pi­qûres toute seule pour sti­mu­ler la pro­duc­tion de fol­li­cules. Ça a bien mar­ché, donc j’ai pu m’en­vo­ler pour la cli­nique. On m’y a fait une anes­thé­sie gé­né­rale pour pou­voir me pré­le­ver les 15 ovo­cytes que j’avais pro­duits. Ce­la me donne cinq chances de FIV. Cette dé­marche m’a coû­té 2 500 eu­ros : 2 000 pour l’opé­ra­tion, plus 500 pour le voyage. Les deux pre­mières an­nées de conser­va­tion étaient gra­tuites, de­puis je paie 200 eu­ros par an. J’es­père ne ja­mais de­voir uti­li­ser mes ovo­cytes conge­lés. Je pré­fé­re­rais que ça se passe de ma­nière na­tu­relle, avec l’homme que j’ai­me­rai. Mais c’est mon as­su­rance ma­ter­ni­té. » PRO­POS RE­CUEILLIS PAR CÉ­CILE DEFFONTAINES (*) Le pré­nom a été chan­gé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.