Pois­sons dans l’eau

Où l’on voit que c’est pas si simple

L'Obs - - Débats - D. D. T.

Nais­sance en Ukraine, par une nou­velle tech­nique de fé­con­da­tion in vi­tro, d’un en­fant à trois pa­rents. C’est le se­cond en­fant à trois pa­rents, un autre était né au Mexique l’an­née der­nière se­lon une tech­nique voi­sine. Deux pa­pas ou deux ma­mans? Deux ma­mans. Le de­si­gner ita­lien Gae­ta­no Pesce, dont tout le monde a vu des meubles sans le plus sou­vent connaître le nom de leur au­teur, pu­blie en ce mois de jan­vier un livre d’en­tre­tiens, « Ré­in­ven­ter le monde sen­sible » (Bu­chet-Chas­tel, 230 p., 19 eu­ros). Sous forme d’abé­cé­daire, il se ra­conte et ra­conte son mé­tier. Il avait 71 ans. Son amie en avait 28. Ils vou­laient un en­fant. « Nous avions dé­ci­dé qu’elle m’adop­te­rait au­pa­ra­vant, pour qu’elle soit à la fois la mère et la grand-mère de cet en­fant tan­dis que j’en se­rais le frère et le père. » Quant aux quatre en­fants qu’il avait dé­jà, elle en au­rait été la grand-mère, alors qu’elle n’avait que la moi­tié de leur âge.

Tout le monde suit? L’idée était d’élar­gir les liens fa­mi­liaux. « Etre le fils d’une femme trois fois plus jeune que moi, quelle mer­veille! » Se­lon la loi amé­ri­caine, c’était pos­sible. La loi ita­lienne l’in­ter­di­sait. « Mon amie a man­qué de cou­rage », conclut Gae­ta­no Pesce. Il lui avait pour­tant mon­tré le che­min avec ses meubles.

« Mon­dia­li­sa­tion du pois­son ». Le titre de la dé­pêche (AFP) était al­lé­chant. De quoi s’agit-il? Pre­mier exemple, le sau­mon. « L’oeuf vient de Nor­vège, le sau­mon a gran­di en Ecosse, il se­ra fu­mé en Po­logne ou tran­ché en Chine. » Avant d’ar­ri­ver dans votre as­siette en France. En­fant, nous ap­pre­nions que le sau­mon était voya­geur. Il tra­ver­sait les océans. Des ri­vières, il re­mon­tait le cou­rant. Tout ça, fré­tillant, vi­vant. Au­jourd’hui, il voyage plus que ja­mais mais il est mort, sans voir le pay­sage, ni tâ­ter la tem­pé­ra­ture de l’eau.

Avant de le tuer, le sau­mon, il a fal­lu le nour­rir. Sa nour­ri­ture est ve­nue du Chi­li. Vous vou­lez du ma­que­reau ? Du nor­vé­gien ? Ali­ba­ba s’en char­ge­ra, rap­porte l’AFP. Ali­ba­ba, groupe chi­nois du mil­liar­daire Jack Ma, le pe­tit bon­homme ri­go­lard, fier­té du Par­ti com­mu­niste de son pays. Li­vrables n’im­porte où dans le monde en 45 jours, en trois clics, trois tonnes de fi­let de ma­que­reau nor­vé­gien vous se­ront ex­pé­diées du port de Qing­dao (pro­vince du Shan­dong, Chine de l’Est).

Pour­quoi ce dé­pla­ce­ment, puisque la Nor­vège c’est la porte à cô­té? Ça doit re­ve­nir cher, ces al­lers-re­tours de l’Eu­rope at­lan­tique jus­qu’au fin fond de l’Asie. Tous ces ki­lo­mètres. Ces milles ma­rins. Vous n’avez rien com­pris. Il faut que le chro­ni­queur vous ex­plique.

Nous avons dit « fi­let de ma­que­reau ». Le ma­que­reau ne se met pas en fi­let tout seul. Un Nor­vé­gien ne vous l’y met­trait pas pour un coût rai­son­nable. Le ma­que­reau est donc ex­pé­dié en Chine où il est fi­le­té pour trois sous trois piastres trois fi­fre­lins. C’est à cet en­droit de l’odys­sée pis­ci­cole que ça de­vient grand.

Le ma­que­reau pue vite. C’est une ma­lé­dic­tion. L’homme mo­derne a vain­cu la ma­lé­dic­tion. On le congèle, le ma­que­reau nor­vé­gien, avant de l’ex­pé­dier en Chine. Ain­si, il pourrait vivre mille ans. En­fin, quand on dit vivre, il pourrait pen­dant mille ans sub­sis­ter. En théo­rie. Parce qu’un main­tien pro­lon­gé à l’état conge­lé coû­te­rait des US dol­lars, mon­naie de compte du mil­liar­daire de Chine Jack Ma. Si­tôt ar­ri­vé de Nor­vège, le ma­que­reau est fi­le­té. Fi­le­té conge­lé? Le lec­teur se re­bi e. Faut pas lui en conter.

Le ma­que­reau, en e et, n’est pas fi­le­té conge­lé. Pour le fi­le­tage, écrit l’AFP, il est re­mon­té à tem­pé­ra­ture né­ga­tive sans dé­con­gé­la­tion to­tale. Si­tôt en fi­let, il re­tourne à sa congé­la­tion d’ori­gine. Vous crai­gnez que la dé­con­gé­la­tion ne soit par­fois to­tale et que ce ne soit pas bon pour votre san­té? Ras­su­rez-vous, ce se­rait de l’ar­gent, alors au­cun risque. Bon ap­pé­tit.

Vous vou­lez du ma­que­reau? Du nor­vé­gien?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.