LE DERNIER CAMP DE LA MORT PAR PIERRE VAL­LAUD ET MA­THILDE AYCARD

L'Obs - - Critiques - L. L.

Tal­lan­dier, 300 p., 20,90 eu­ros. Au drame l’his­toire ajoute par­fois la confu­sion. Ce fut le cas pour le « Cap Ar­co­na ». Ce pa­que­bot de luxe où s’en­tas­sèrent les der­niers prisonniers du camp de Neuen­gamme fut mi­traillé par l’avia­tion an­glaise dans la baie de Lü­beck le 3 mai 1945. Par­mi les 6500 dé­te­nus, il y avait 1500 Fran­çais, dont Ro­land Mal­raux, le frère d’An­dré qui y lais­sa la vie. Seule­ment 350 échap­pèrent au na­vire en feu. Les au­teurs ra­content le trans­fert de ces dé­por­tés dans un pay­sage d’apo­ca­lypse, vaste opé­ra­tion de net­toyage or­ga­ni­sée par les na­zis avant l’ar­ri­vée des Al­liés. Quatre jours après la tra­gé­die de ce « Ti­ta­nic » concen­tra­tion­naire, la guerre pre­nait fin en Eu­rope…

Le cé­lèbre pa­que­bot al­le­mand, mi­traillé par les An­glais dans la baie de Lü­beck, en 1945.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.