La mode pour tous

L'Obs - - Sommaire - par So­phie Fon­ta­nel

Une idée ré­cur­rente dans la mode pour homme vue sur les po­diums, c’est que, pour par­faire une al­lure, il faut qu’un pan de la che­mise sorte du pull, là de­vant, vers la bra­guette. At­ten­tion, hein, un seul pan. On a vu ça chez Vuit­ton (col­la­bo­ra­tion avec Supreme) ou chez Ber­lu­ti, no­tam­ment. Moins 10 points si vous pen­sez que ça fait dé­braillé. Dé­braillé, en mode, c’est juste quand on ne se lave pas. Là, au contraire, la che­mise est propre, et ce bout qui dé­passe (oui, oui) signe un nou­veau raf­fi­ne­ment. Ce n’est qu’un pan, voyez-vous. Un dé­tail, même s’il est si voyant. Mais c’est une sor­tie de pan « étu­diée », ré­cur­rente et par­faite, pas juste une né­gli­gence d’après-re­pas, un lâ­cher-prise d’après-ba­ga­telle ou un ou­bli en sor­tant des pi­pi-rooms. Ce pan ne sort pas parce qu’on a ha­billé jeu­di avec ven­dre­di. Il sort parce que, au fond de soi, on est un peu un Ven­dre­di (et en­core – 10 points, si vous n’avez ja­mais lu le ro­man de Mi­chel Tour­nier « Ven­dre­di ou la Vie sau­vage »). Ce qu’on pro­clame, c’est qu’on a quelque chose d’ani­mal. Bon, O.K., même pas en rêve que les ani­maux portent des che­mises. J’ad­mets. Je parle juste ima­gé, vous l’au­rez com­pris. Le pan de che­mise qui sort, il veut dire au monde que les por­teurs de che­mise peuvent être aus­si dé­ten­dus que les por­teurs de tee-shirt ou de sweat-shirt. Fi­nie, la frac­ture so­ciale. En tout cas, pas là. Et ce pan vient créer un nou­veau be­soin, au pas­sage. Mes ne­veux veulent des che­mises à pré­sent. Ils viennent de com­prendre que le pan juste en trompe-l’oeil, ça n’al­lait pas le faire. Faut le reste qui va avec, si­non on res­semble à un cake qui fe­rait sem­blant de té­lé­pho­ner avec un iP­hone en car­ton. Ce qu’il faut, c’est cha­hu­ter l’es­prit bour­geois. Vrai­ment. Beau pro­jet. Je sens qu’il va aus­si vite leur fal­loir un pan­ta­lon gris de cos­tard et un pull beige BCBG, car c’était por­té comme ça au show Vuit­ton (et par­tout, d’ailleurs). Je vois le mo­ment où mes ne­veux vont de­man­der une cra­vate. En cein­ture, bien sûr.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.