Re­cherche di­plô­més déses­pé­ré­ment

Tous les sec­teurs de l’économie de­mandent des pros du dé­ve­lop­pe­ment, de l’al­go­rithme ou du “big da­ta”, à bac+2 comme à bac+5

L'Obs - - Spécial Diplomes - Par BÉATRICE GIRARD

Pour­quoi pas moi ? Voi­là ce que s’est dit Fio­na Hod­zic, en ter­mi­nale S, en en­ten­dant des amis qui pos­tu­laient en école d’in­gé­nieurs. Elle a vi­si­té une école, l’Isep à Pa­ris, l’am­biance et l’uni­vers lui ont plu, et sa dé­ci­sion était prise. Bien joué. A la sor­tie, comme tous les bac+5 de ce do­maine, elle n’au­ra même pas eu be­soin d’en­voyer un CV. Cour­ti­sée par Cap­ge­mi­ni, où elle bou­clait son stage dans la fi­nance, Fio­na a pré­fé­ré un poste chez Veo­lia : « Je ne passe pas mes jour­nées de­vant un écran. C’est un tra­vail d’équipe, je fais le lien entre les dé­ve­lop­peurs qui ont créé une ap­pli­ca­tion de plan­nings au­to­ma­tiques et les agents de ter­rain qui ef­fec­tuent les re­le­vés. » S’il est un do­maine où l’ave­nir est ra­dieux, c’est bien ce­lui-là. Les évo­lu­tions de l’in­for­ma­tique et du nu­mé­rique n’en fi­nissent pas de créer des em­plois dans tous les pans de l’in­dus­trie et des ser­vices : la banque, les mé­tiers de la com­mu­ni­ca­tion, l’agroa­li­men­taire, le sec­teur du luxe, l’éner­gie…

Les so­cié­tés de ser­vices spé­cia­li­sées ont créé 12000 postes en 2016 et l’Apec an­nonce plus de 40000 re­cru­te­ments de cadres. Presque ex­clu­si­ve­ment des in­gé­nieurs en in­for­ma­tique. Une fois n’est pas cou­tume, le nombre de di­plô­més ne suf­fit pas aux be­soins. « No­tam­ment dans le “big da­ta” ou le dé­ve­lop­pe­ment d’ap­pli­ca­tions mo­biles avec des sa­laires de dé­bu­tant au­tour de 40 000 eu­ros par an », ex­plique Ju­lien Wey­rich, chez Page Per­son­nel. Ega­le­ment re­cher­chés, les spé­cia­listes en té­lé­com, en élec­tro­nique et sys­tèmes em­bar­qués, en cy­ber­sé­cu­ri­té, cryp­tage et, bien sûr, tous ceux du nu­mé­rique, no­tam­ment dans la san­té connec­tée. « Les en­chères montent pour nos di­plô­més », confirme Yves Den­neu­lin, le di­rec­teur de l’En­si­mag Gre­noble. « Il y a cinq ans, je re­ce­vais en moyenne 12 offres d’em­ploi pour cha­cun de nos étu­diants, au­jourd’hui, j’en suis à 28 ! » Et avec un bac+2 ou bac+3, les tech­ni­ciens en ges­tion du parc in­for­ma­tique et main­te­nance res­tent eux aus­si plus que ja­mais de­man­dés. Quant aux dé­ve­lop­peurs web et web de­si­gners, chefs de pro­jet web, ad­mi­nis­tra­teurs de ré­seau et autres di­plô­més du di­gi­tal, ils ne res­tent pas long­temps sur le mar­ché…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.