Ma­rie Mo­dia­no se sou­vient

LOIN­TAIN, PAR MA­RIE MO­DIA­NO, GAL­LI­MARD, 175 P., 19 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - DI­DIER JA­COB

Quand elle ren­contre le jeune ro­man­cier amé­ri­cain Tris­tan Egolf, Ma­rie Mo­dia­no, qui est en­core au ly­cée et vou­drait faire moins ga­mine, ment sur son âge. C’est sur le pont des Arts, il joue de la gui­tare. Le jeune Amé­ri­cain dont elle vient de tom­ber amou­reuse est éva­sif et sé­dui­sant – un ca­rac­tère qu’il conser­ve­ra tout au long de leur his­toire, que la ro­man­cière, née en 1978, ra­conte pour la pre­mière fois avec une émou­vante nos­tal­gie. Egolf a écrit un ro­man, « le Sei­gneur des por­che­ries », qui doit à Pa­trick, son père, de trou­ver un édi­teur. Mais Tris­tan reste in­sai­sis­sable, fai­sant des al­lers et re­tours entre Pa­ris et les Etats-Unis. Ma­rie l’at­tend, le re­joint, dé­am­bule dans un monde flot­tant, fait d’es­poirs dé­çus et de rêves in­cer­tains. La mort du jeune homme vient conclure leur his­toire. Ma­rie fait du théâtre, s’ou­blie dans des tour­nées, mais le coeur n’y est plus. Sa ma­nière si belle de peindre cette ab­sence montre que, si elle pou­vait, elle men­ti­rait à nou­veau sur son âge, dans l’autre sens cette fois, et cet homme joue­rait à nou­veau de la gui­tare sur un pont de Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.