L’étoile de Jen­ny

VIE DE MA VOI­SINE, PAR GE­NE­VIÈVE BRISAC, GRASSET, 176 P., 14,50 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - CLAIRE JULLIARD

La Se­conde Guerre mon­diale a fait l’ob­jet de tant de ro­mans et de films qu’elle peut par­fois don­ner l’im­pres­sion d’ap­par­te­nir à un pas­sé loin­tain, voire fic­tif. D’où l’in­té­rêt de la dé­marche de Ge­ne­viève Brisac, qui ra­conte sim­ple­ment la vie de sa voi­sine, sur­vi­vante d’un siècle nau­fra­gé. Croi­sée un jour lors d’un dé­mé­na­ge­ment, Eu­gé­nie Plo­cki, dite Jen­ny, née en 1925, lui parle de Char­lotte Del­bo. Plus tard, in­vi­tée chez cette voi­sine, l’au­teur re­monte le temps. Pour dé­cou­vrir le monde de Jen­ny, née de pa­rents po­lo­nais, juifs et athées, émi­grés en France dans les an­nées 1920. Le ré­cit re­trace le quo­ti­dien d’une jeune juive avant-guerre et sous l’Oc­cu­pa­tion. Une hé­roïne tou­chante avec son étoile mal cou­sue, mal dis­si­mu­lée sous une écharpe. Une hé­roïne cou­ra­geuse, ré­si­liente. Car, après la dé­por­ta­tion de leurs pa­rents, Jen­ny et son frère, res­ca­pés de la rafle du Vél’ d’Hiv sont li­vrés à eux-mêmes, frêles es­quifs dans l’ou­ra­gan qui sé­vit. Mais Jen­ny, fu­ture ins­ti­tu­trice et fu­ture mi­li­tante fé­mi­niste, pos­sède une éner­gie et un don pour l’ami­tié qui l’aident à ré­sis­ter aux tra­gé­dies et aux deuils. Sobre et pré­cis, ce texte est un té­moi­gnage fort. « Vi­vez et es­pé­rez », nous dit Jen­ny la bat­tante.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.