CRÉ­DIT IM­MO­BI­LIER : ÊTES VOUS PRI­SON­NIER ?

L'Obs - - Placements -

Bon nombre de cré­dits im­mo­bi­liers obligent à ver­ser ses re­ve­nus sur un compte de la banque prê­teuse. Cer­tains pré­voient la sanc­tion : une aug­men­ta­tion du taux de cré­dit ou la ré­si­lia­tion du contrat obli­geant le client à rem­bour­ser le ca­pi­tal res­tant dû. Une dis­po­si­tion consi­dé­rée comme abu­sive, donc sus­cep­tible d’être an­nu­lée par un juge. So­lu­tion : conser­ver votre compte sur le­quel vous vi­rez men­suel­le­ment une somme équi­va­lente au mon­tant de la men­sua­li­té de cré­dit. « At­ten­tion dans ce cas, cer­taines banques clô­turent le compte sans pré­ve­nir, aver­tit Her­vé Bros­seau, avo­cat spé­cia­li­sé en cré­dit. Pour évi­ter une ré­si­lia­tion du cré­dit au­to­ma­tique, il faut se pré­ci­pi­ter au gre e du tri­bu­nal de grande ins­tance pour consi­gner ses men­sua­li­tés sur un compte sé­questre. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.