Le comble de la ka­mi­kaze

Où l’on voit que la ré­ponse ne tombe pas sous le sens

L'Obs - - Argent -

L es des­tins. Pour un homme, dé­jà, un des­tin de femme on a du mal à se rendre compte. Alors pour un homme blanc eu­ro­péen, quand il s’agit d’une femme noire afri­caine… Elles étaient six. Tout seul, se rendre compte pour six. On en­re­gistre l’in­for­ma­tion, on ne les connais­sait pas, ces femmes. Com­ment se mettre à leur place? Chose sûre, on est content de ne pas les avoir cô­toyées à ce mo­ment-là. Je veux dire : au Ni­ge­ria. A Mai­du­gu­ri, ville du Nord-Est (du Ni­ge­ria). Etat de Bor­no. Il était 11 heures et de­mie. Du soir. Le couvre-feu était à 10 heures. Elles se sont dis­per­sées entre les ha­bi­ta­tions. Avec le couvre-feu, les che­mi­ne­ments étaient dé­serts. L’ordre était pré­cis : à 11 heures et de­mie, vous ac­ti­vez votre cein­ture d’ex­plo­sifs. Si votre montre est en panne, vous l’ac­ti­vez en en­ten­dant les ex­plo­sions des autres. Elles ont bien fait ce qu’on leur a dit, c’est ici qu’il entre en jeu, le des­tin qu’on a du mal à se rendre compte. Femme noire afri­caine, Ni­gé­riane, se se­rait-on fait ex­plo­ser ? Homme blanc eu­ro­péen, rai­son­nable : se faire ex­plo­ser pen­dant le couvre-feu? Quand il n’y a plus per­sonne? Est-ce bien né­ces­saire? Est-ce utile? Juste pour faire boum quand les gens entrent dans le som­meil? Les six femmes ont fait boum boum, pas boum seu­le­ment parce que la syn­chro­nie n’était pas par­faite. En­core un boum (c’est la re­tar­da­taire). Ah non, tiens, c’était pas une re­tar­da­taire. C’était l’homme (elles au­ront tou­jours besoin d’un homme). L’homme qui les avait me­nées à Mai­du­gu­ri, Etat de Bor­no, Nord-Est du Ni­ge­ria. Au vo­lant de la ca­mion­nette. Elles ne sont pas ar­ri­vées au terme de leur course sur Terre en Pull­man, une simple ca­mion­nette, ser­rées les unes contre les autres, avec leurs cein­tures qui les ser­raient.

Donc, le der­nier boum. Du mi­lieu de per­sonne, l’homme fon­çait sur une pa­trouille mi­litaire, les mi­li­taires de ti­rer sur lui dans le même temps qu’il fai­sait ex­plo­ser sa propre cein­ture, la ca­mion­nette a ex­plo­sé avec le conduc­teur. Pas un mi­litaire bles­sé. Sept ka­mi­kazes, sept morts. In­dice de ren­de­ment : zé­ro.

Elle ne se­ra pas ren­trée au camp, la ca­mion­nette, si tant est que c’était pré­vu. Peut-être que s’il l’a fait sau­ter, c’est que l’homme s’était aper­çu qu’il avait dé­char­gé sa car­gai­son trop tard, que cette ex­pé­di­tion ne ser­vi­rait à rien. L’ordre était for­mel mais les chefs étaient-ils au cou­rant, pour le couvre-feu ? Ils avaient ima­gi­né un feu d’ar­ti­fice dans l’ani­ma­tion du soir, six ex­plo­sions par­mi les noc­tam­bules. N’au­raient-ils pas dû faire de­mi-tour, lui et les femmes, après avoir consta­té que les noc­tam­bules étaient bou­clés dans leurs maisons? N’au­rait-il pas dû, lui, le res­pon­sable, l’homme, prendre l’ini­tia­tive de re­por­ter l’opé­ra­tion ? Voi­là un gaillard qui au­ra pris la dé­ci­sion de mou­rir en sa­chant pour­quoi. Son des­tin laisse place à l’ima­gi­na­tion. Mais elles? Des­tins de femmes. Com­ment, de Pa­ris, lan­cer seu­le­ment des hy­po­thèses ? Quel est le comble de la ka­mi­kaze? Le bon­heur de consta­ter qu’en se tuant elles ne vont tuer per­sonne? On vou­drait être Zem­mou­ron, être Fillon, Ma­cron, Ha­mon, Mé­len­chon, être Fin­kiel­kron. On au­rait la science de les com­prendre. Etre la Le Pen, une femme, elle a sû­re­ment l’ex­pli­ca­tion.

On n’est que chro­ni­queur. Le lec­teur aime une belle his­toire. Ven­dre­di 17 fé­vrier, l’Agence France-Presse rap­por­tait celle-là, qui s’était pas­sée la veille. Du sang, mais point trop. Belle his­toire qui pou­vait se prê­ter à des en­jo­li­ve­ments. C’était comp­ter sans Bo­ko Ha­ram. Bo­ko Ha­ram, daech du Ni­ge­ria. Six ka­mi­kazes sa­cri­fiées ? Sa­cri­fions-en d’autres. Mas­sacres à Mai­du­gu­ri les jours qui sui­virent, et qui sait si le pre­mier échec, la belle his­toire, n’était pas, jus­te­ment, qu’une belle his­toire ?

Ser­rées les unes contre les autres, avec leurs cein­tures qui les ser­raient.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.