Le dic­tion­naire amou­reux d’Albin

L’UN DE NOUS, PAR ALBIN DE LA SI­MONE (TÔT OU TARD).

L'Obs - - Critiques - SO­PHIE DELASSEIN

Nous n’avions guère de ses nou­velles de­puis « Ici-bas, ici même », le disque de Mios­sec dont il avait si­gné les ar­ran­ge­ments en 2014. Par­tout le Bres­tois chan­tait les louanges d’Albin de la Si­mone, 46 ans, ac­teur dis­cret de la nou­velle scène fran­çaise, très ap­plau­di par la cri­tique comme l’un des fils spi­ri­tuels d’Alain Sou­chon – as­cen­dance as­su­mée dès 2003, quand Albin conviait son aî­né à chan­ter « Pa­tri­cia » sur son pre­mier al­bum. « L’Un de nous », son cin­quième, reste dans cette veine : sub­tile, in­ti­miste, in­tros­pec­tive. On peut dé­plo­rer le manque de ca­rac­tère de la voix. On peut re­gret­ter qu’il y soit beau­coup (trop) ques­tion d’amour. Mais c’est si jo­li­ment ex­pri­mé. Le pu­blic, cette foule ré­so­lu­ment sen­ti­men­tale, se­ra tou­jours pre­neur de grands sen­ti­ments sur un lit de cordes.

Ça com­mence avec « le Grand Amour », quelques notes au pia­no pour une aven­ture au coeur d’une fo­rêt. C’est l’amour fou ou plu­tôt son contraire, puis­qu’en quelques mi­nutes il s’échappe, es­cor­té dans sa fuite par des vio­lons pleins de mé­lan­co­lie. Rien de ren­ver­sant jusque-là, on en re­de­mande pour­tant, pris par le charme de l’en­semble. Et des amours, on en ren­contre d’autres. L’amour mûr (« Une femme »), l’amour-ami­tié (« A quoi »), l’amour sur la fin (« l’Un de nous »), l’adul­tère guille­ret (« A mi­di on m’a dit ») et son co­rol­laire : le di­vorce (« Em­brasse ma femme »). Mais Albin de la Si­mone n’est-il pas meilleur quand il sort un peu de cette thé­ma­tique-là, qui fleu­rit chez lui comme un mar­ron­nier? On le pré­fère, en e et, quand il re­fait le monde de nos nom­breuses ter­gi­ver­sa­tions avec « Dans la tête » ou trace le portrait d’un homme un peu à cô­té de ses pompes. Meilleur en­core, et même émou­vant, quand il dé­crit de l’in­té­rieur un « Ado » type, en pa­nique dès qu’on le prive d’une connexion wi-fi. En­fin, on l’es­pé­rait, la grande chan­son du disque ar­rive : le pia­no des­sine une bal­lade, et Albin de la Si­mone chante « la Fleur de l’âge », lent dé­clin d’un homme qui compte ses hi­vers et qu’on ima­gine une ver­veine à la main. Dé­jà vieux et cu­rieu­se­ment heu­reux de l’être. A l’arrivée, on se fiche un peu que la voix ne soit pas as­sez ty­pée ; on a en­ten­du des chan­sons très bien écrites et d’une sen­si­bi­li­té rare.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.