10 choses à sa­voir sur…

L’an­cienne Miss Mé­téo de Ca­nal+ est à l’af­fiche du pre­mier film de Ni­co­las Be­dos, “Mon­sieur & Ma­dame Adel­man”, dont elle co­signe le scé­na­rio

L'Obs - - Chronique - ALEXANDRE LE DROLLEC

Do­ria Tillier

1 CI­NÉ­MA Do­ria Tillier joue dé­sor­mais les ac­trices. Trois ans après son dé­part de Ca­nal+, on la re­trouve à l’af­fiche du pre­mier film de Ni­co­las Be­dos, « Mon­sieur & Ma­dame Adel­man » (sor­tie le 8 mars). Elle in­carne Sa­rah, d’ori­gine mo­deste et ash­ké­naze, épouse de Vic­tor (Ni­co­las Be­dos), écri­vain et re­je­ton d’une fa­mille ca­tho tra­di. Tillier est cos­cé­na­riste de l’his­toire de ce couple que l’on suit sur un de­mi-siècle de vie conju­gale. 2 IMPROS Par­te­naires à la ville et à l’écran, Do­ria Tillier et Ni­co­las Be­dos ont ten­dance à par­tir en im­pro dans la vie. Des impros sur les­quelles le duo s’est ap­puyé pour l’écri­ture de ce pre­mier film. « Elles nous ont per­mis de consta­ter qu’on avait le même hu­mour et la même en­vie de rire avec des su­jets qui d’or­di­naire font pleu­rer : la mort, la ma­la­die… », confie Do­ria Tillier à « l’Obs ». 3 EN­FANCE Née à Pa­ris, d’une mère res­tau­ra­trice de ta­bleaux et d’un père en­sei­gnant­cher­cheur en ma­thé­ma­tiques, Do­ria Tillier dé­crit une en­fance « saine et équi­li­brée » pas­sée au sein d’une fa­mille « ai­mante ». A la mai­son, on est athée. On parle, en re­vanche, as­sez peu de po­li­tique. 4 PRU­DENCE Et au­jourd’hui ? A moins de cin­quante jours de la pré­si­den­tielle, elle pré­fère la jouer pru­dente sur ce su­jet. « Idéo­lo­gi­que­ment, j’as­pire bien sûr à une so­cié­té plus juste et plus équi­li­brée. » On n’en sau­ra pas beau­coup plus. « Li­bé » rap­por­tait, dé­but mars, que la co­mé­dienne avait vo­té Hol­lande en 2012. 5 DÉ­BUTS Elle s’est tou­jours rê­vée co­mé­dienne. Une fois le bac ob­te­nu, et pa­ral­lè­le­ment à des jobs de ser­veuse dans des ca­fés pa­ri­siens, elle s’ins­crit à des cours de théâtre. Elle vi­vote. Fait du man­ne­qui­nat, des ap­pa­ri­tions dans des pubs (par­fum Ni­na Ric­ci) et dans une sé­rie que tout le monde a ou­bliée (« Ac­tion spé­ciale douanes » sur France 2). Sa car­rière ne dé­colle pas. 6 CA­NAL+ Le coup de fil de Ch­ris­telle Graillot, dé­ni­cheuse de ta­lents pour Ca­nal+, change la donne. « Ch­ris­telle m’ap­pe­lait sur les conseils d’un ami co­mé­dien, Jo­na­than Co­hen. Je lui ai en­voyé deux vi­déos. On s’est vues très vite. » Convain­cue par ses imi­ta­tions de Ma­rion Co­tillard et de Mo­ni­ca Bel­luc­ci, la chas­seuse de têtes s’em­balle pour le po­ten­tiel co­mique de la jeune – et grande (1,80 mètre) – femme. « Cette fille, c’est le meilleur de Louise Bour­goin et de Char­lotte Le Bon », dit alors Graillot, qui lui confie la mé­téo du « Grand Jour­nal ». 300 can­di­dates convoi­taient le poste. 7 MÉ­LEN­CHON Le 27 août 2012, Do­ria Tillier fait sa pre­mière mé­téo sur le pla­teau du « Grand Jour­nal », en­core pré­sen­té par Mi­chel De­ni­sot, et fait son en­trée dans l’arène mé­dia­tique. Robe noire et sexy, imi­ta­tion pi­quante de Mo­ni­ca Bel­luc­ci, la jeune femme fait aus­si­tôt ou­blier la fan­to­ma­tique Sol­weig Re­di­ger-Liz­low qui l’avait pré­cé­dée. Sur le pla­teau, Jean-Luc Mé­len­chon est sous le charme. « Il a été bon pu­blic », se rap­pelle-t-elle au­jourd’hui. Do­ria Tillier res­te­ra deux sai­sons au « Grand Jour­nal ». Of­frant par­fois à l’émis­sion des pics d’au­dience de plus de 2,5 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs. 8 “LO­LI­TA” Le dou­zième ro­man de Na­bo­kov est in­con­tes­ta­ble­ment l’un de ceux qui l’ont le plus mar­quée. Au point d’être ca­pable d’en ré­ci­ter cer­tains pas­sages par coeur. « J’aime les his­toires qui font fi de la mo­rale. Et de ma propre mo­rale. » Dans un autre re­gistre, Do­ria Tillier est aus­si cliente de Ri­cky Ger­vais, Va­lé­rie Le­mer­cier et des frères Far­rel­ly. 9 AVE­NIR « Mon­sieur & Ma­dame Adel­man », et après ? Do­ria Tillier ne de­vrait pas s’ar­rê­ter là. Là aus­si, l’in­té­res­sée joue la carte de la pru­dence. « Po­ten­tiel­le­ment, oui, il y a d’autres pro­jets. Mais rien n’est ac­té. » 10 ÉCRI­TURE « J’aime écrire. J’écris tout le temps: des scé­na­rios, des dé­buts de spec­tacle… » Si Do­ria Tillier af­firme au­jourd’hui vou­loir pri­vi­lé­gier sa car­rière d’ac­trice, elle pré­vient: « Je ne lâ­che­rai pas l’écri­ture. J’ai trop en­vie de ra­con­ter des his­toires. La mise en scène m’in­té­resse aus­si. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.