UN ROYAUME POUR CHEBEL

L'Obs - - Debats - Par KA­MEL DAOUD

De tra­di­tion il faut l’écrire : Ma­lek Chebel est mort mais son oeuvre vi­vra. La ques­tion est : comment ? Sous quelles formes se fe­ra la per­pé­tua­tion ? Pour quelle in­fluence sur les foules, la foi ou les ra­di­ca­lismes ? Là où un seul livre brûle le monde, d’autres peuvent-ils l’éclai­rer ? Alors on rend hom­mage au pen­seur de (sur) l’is­lam sans is­la­misme. A ce plai­doyer pour un Eros contre Tha­na­tos. On se prend à re­lire les textes de Chebel parce qu’il est pos­sible de dé­mon­trer que cette re­li­gion n’est pas celle de la mort mais des em­pires et des dé­si­rs. Ce­la est bien, mais ce­la ne suf­fit pas. Que manque-t-il à l’oeuvre lais­sée par Ma­lek Chebel ? Di­sons-le sans nous men­tir : il lui manque des di­zaines de chaînes sa­tel­li­taires qui en ré­pètent les strophes et les ar­gu­men­taires, des prê­cheurs sou­te­nus fi­nan­ciè­re­ment de bout en bout, des mos­quées ou­vertes et construites pour ré­pandre la pa­role du dé­sir et de la rai­son, des fat­was heu­reuses pres­cri­vant l’étreinte sur le mode de la prière, des livres im­pri­més par mil­lions et dis­tri­bués gra­tui­te­ment dans les rues, les li­brai­ries, à la sor­tie des mos­quées et dans les écoles de mon monde ou ailleurs. Il manque à l’oeuvre de Chebel un royaume qui per­met­tra la vic­toire de l’is­lam sur l’is­la­misme, d’Eros sur Tha­na­tos, du plai­sir sur l’at­ten­tat, de l’étreinte sur l’ex­plo­sion. Ma­li­cieuse émer­gence du sou­rire dans le règne de la ri­gi­di­té et du ca­davre, l’homme était heu­reux, par la preuve de ses mots et de son vi­sage. C’est cru, mais il faut le dire ain­si : Ma­lek Chebel a écrit et vé­cu, don­nant son sou­rire à l’autre vi­sage pos­sible d’une re­li­gion. Dans un monde sans mal, il au­rait ga­gné à court terme et cette re­li­gion avec lui. Mais dans le monde des Al Saoud, du pé­trole, des deals in­ter­na­tio­naux, il pei­ne­ra et sur­vi­vra, en marge, en exo­tisme. Il res­te­ra de son oeuvre la pos­si­bi­li­té du sa­lut pour une re­li­gion du sa­lut. C’est dire que Ma­lek Chebel a écrit (dans un pays libre et pas en pays d’Is­lam, triste pa­ra­doxe pour cette re­li­gion). Je rêve du royaume de ses lec­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.