L’homme sans pas­sé

MAÎTRES DU MONDE, PAR VIC­TOR CO­HEN HADRIA, AL­BIN MI­CHEL, 360 P., 20,90 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - CLAIRE JUL­LIARD

« Les Trois Sai­sons de la rage », ch­ro­nique du monde ru­ral sous Na­po­léon III, avait ob­te­nu quatre prix lit­té­raires. Le nou­vel ro­man de Vic­tor Co­hen Hadria se veut à la fois ul­tra­con­tem­po­rain et tis­sé de bribes d’un pas­sé re­com­po­sé. Le 31 dé­cembre 1999, Elio, un ponte de l’in­for­ma­tique, ar­rive à Trieste avec son se­cré­taire. Sai­si par l’at­mo­sphère de cette ville my­thique, il s’ef­fondre et plonge dans un co­ma dont il émerge amné­sique. Il est alors confié à l’ex­tra­va­gant Dr Zem­ba­lone, qui pré­tend opé­rer un « la­bou­rage » psy­chique sur ses pa­tients. Dans le luxueux Pa­laz­zo du pra­ti­cien, Elio tente de ré­cu­pé­rer les ves­tiges de son his­toire. Il semble être ve­nu à Trieste pour as­sou­vir une ven­geance contre un mys­té­rieux Consor­tium. Mais hé­las sa mé­moire reste vide et trans­pa­rente. Il se sent « comme une mouche en­fer­mée sous un verre et in­ca­pable d’at­teindre les loin­tains qu’elle contemple ». Le lec­teur, lui, évo­lue comme dans un rêve, au rythme des per­pé­tuelles mé­ta­mor­phoses qui af­fectent le hé­ros. Il doit pa­tien­ter jus­qu’à l’éblouis­sant fi­nale pour sai­sir la clé de ce livre ma­chia­vé­lique, ba­roque, sous-ten­du par une ré­flexion sur les nou­veaux maîtres du monde qui en pré­parent l’apo­ca­lypse.

La place de l’Uni­té-Ita­lienne à Trieste.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.