L’Is­lande, la vraie

CH­RIS­TO­PHER TAY­LOR. STEINHOLT. GA­LE­RIE CAMERA OBSCURA, PA­RIS-14e. JUS­QU’AU 1er AVRIL. 01-45-45-67-08.

L'Obs - - Sortir - BER­NARD GÉ­NIÈS

Tou­ristes et autres ama­teurs de sté­réo­types gla­ciaires, pas­sez votre che­min. L’Is­lande de Ch­ris­to­pher Tay­lor n’est pas pour vous. Ce pho­to­graphe an­glais, ins­tal­lé à Mont­pel­lier, a un pe­tit faible pour les terres loin­taines. Il a dé­jà ef­fec­tué plu­sieurs cam­pagnes pho­to­gra­phiques en Inde, en Chine. Et on lui doit aus­si plu­sieurs sé­ries pho­to­gra­phiques sur l’Is­lande, le pays na­tal de son épouse. De­puis quelques an­nées, le couple sé­journe ré­gu­liè­re­ment dans une mai­son si­tuée dans le nord-est de l’île et ayant ja­dis ap­par­te­nu aux grands-pa­rents de Mme Tay­lor. Quelle est l’his­toire de ce lieu? Quelles traces sub­sistent de ses an­ciens oc­cu­pants ? Ch­ris­to­pher Tay­lor au­rait pu ti­rer de tout ce­la une sé­rie do­cu­men­taire. Au lieu de quoi, il a lais­sé libre cours à sa propre per­cep­tion d’un en­vi­ron­ne­ment tout à la fois aus­tère et mi­ra­cu­leux. Tra­vaillant en noir et blanc (et en ar­gen­tique s’il vous plaît), Tay­lor com­pose pay­sages, por­traits et na­tures mortes avec une ri­gueur rare – et dans ses ti­rages, avec la même exi­gence. L’Is­lande de Tay­lor est ru­gueuse comme ses ciels et ses sombres rocs vol­ca­niques. Dans le livre qui ac­com­pagne cette ex­po­si­tion (« Steinholt. Ch­ris­to­pher Tay­lor », Ed. Keh­rer, 160 p., 39,90 eu­ros), on ap­prend d’ailleurs que cer­tains de ces pay­sages, pour idyl­liques qu’ils pa­raissent, ont été le théâtre d’épi­sodes dra­ma­tiques ou vio­lents. Mais là en­core, le pho­to­graphe reste à dis­tance. Ses images n’en sont que plus fortes, mi­roirs si­len­cieux d’un monde ma­gné­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.