Un as­sis­tant par­le­men­taire dans la tour­mente

C’EST EN­CORE MIEUX L’APRÈS-MI­DI, DE RAY COONEY. HÉBERTOT, PA­RIS-17e. 01-43-87-23-23.

L'Obs - - Sortir - J. N.

Re­mon­té par le même Jo­sé Paul (voir p. 106), voi­ci un vau­de­ville an­glais créé chez nous il y a trente ans par Pierre Mon­dy. Son sel est de gros ca­libre. A mille lieues de la sub­ti­li­té de « la Garçonnière ». Ray Cooney pro­fesse une ad­mi­ra­tion éper­due à l’en­droit de Fey­deau, mais il n’a ni es­prit ni hu­ma­ni­té. Res­tent des pan­ta­lon­nades ou plu­tôt des ca­le­çon­nades sa­tu­rées de qui­pro­quos. Ici un dé­pu­té sèche une séance de l’As­sem­blée na­tio­nale pour cou­cher avec la se­cré­taire du Pre­mier mi­nistre dans l’hô­tel où il est des­cen­du avec sa femme. Seule­ment son as­sis­tant par­le­men­taire (on ne se mé­fie ja­mais as­sez de cette en­geance) s’em­pêtre et l’em­pêtre dans des men­songes de plus en plus in­sen­sés. On s’en­nuie­rait si le rôle de l’as­sis­tant go­diche n’était te­nu par l’ir­ré­sis­tible Sé­bas­tien Castro dont la len­teur, le re­gard hé­bé­té et la voix dé­pour­vue de convic­tion rap­pellent Droo­py, le chien dé­pres­sif des­si­né par Tex Ave­ry. C’est seule­ment pour lui que le spec­tacle mé­rite d’être vu.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.