Cé­lé­bra­tion Les 30 ans d’A.P.C.

1987-2017: la marque de prêt-à-por­ter A.P.C. a 30 ans. On a gran­di avec les sil­houettes de cette pe­tite mai­son qui a su re­des­si­ner une élé­gance pa­ri­sienne sans cé­der à la dic­ta­ture dé­vo­rante des ten­dances

L'Obs - - Sommaire - Par CÉ­LINE CABOURG

On l’a connu très di­sert sur la po­li­tique. On le re­trouve spi­ri­tuel. Sur son compte Ins­ta­gram, Jean Toui­tou, le créa­teur d’A.P.C., a ré­cem­ment pos­té la cou­ver­ture d’un pe­tit ou­vrage de 1927, re­trou­vé au fond d’un gre­nier. Le titre : « Aux jeunes filles face à la vie ». La page de garde est éton­nante : « Mé­thode. Pour ai­der à mé­di­ter le texte. » Et cette liste de pré­ceptes, fa­çon dic­tion­naire, d’un autre temps : « Ado­rer (Dieu pré­sent en moi) », « M’hu­mi­lier (Moi, par­ler à Dieu) », « Lire (len­te­ment en es­sayant de com­prendre, de goû­ter) ». « Plu­tôt que de dé­ni­grer, j’es­saie d’en­trer dans la tête de ceux qui, dans les an­nées 1930 et 1940, al­laient cher­cher un che­min dans la re­li­gion. » Tout est par­ti d’un échange avec une amie. « Tu ne peux pas sa­voir ce qui se di­sait dans les cours de ca­thé­chisme », lui a-t-elle dit.

Après avoir por­té à leurs lèvres l’un des thés ja­po­nais rares conser­vés comme des élixirs dans le bu­reau de Jean, les jour­na­listes de mode aiment al­ler à confesse. En res­sor­tant, elles se sentent nour­ries. En éter­nelle quête de sens, il se ques­tionne sur les mots « sé­cu­lier », « athée », « an­ti­sé­mi­tisme »… Se dé­fi­nis­sant tou­jours trente ans après comme an­ti-mit­ter­ran­dien, ba­layant cette ten­ta­tive de syn­thèse entre l’eau et le feu, entre la so­cial­dé­mo­cra­tie et la ré­vo­lu­tion, le créa­teur aime faire une pe­tite di­gres­sion dans la conver­sa­tion sur l’im­per­méable de Valls ou le ca­ban de Ha­mon qui lui sortent par les yeux. Et il lui reste en­core cette co­lère contre le champ lais­sé libre à Ma­rine Le Pen : « Les jour­na­listes sont fai­néants et elle en­fonce tout le monde. »

Ce n’est donc pas un ha­sard si c’est en an­glais, sa co­quet­te­rie, qu’il a ou­vert son dé­fi­lé an­ni­ver­saire, ins­crit – une pre­mière ! – au ca­len­drier of­fi­ciel des shows. Pré­sen­tant la col­lec­tion hi­ver 2017, il a rap­pe­lé avec ma­lice cette anec­dote des dé­buts : il mon­trait alors A.P.C. aux puis­sants ache­teurs des grands ma­ga­sins, qui le toi­saient d’un hau­tain : « Qui êtes-vous ? » Ques­tion for­cé­ment sans ré­ponse. Un éti­que­tage de ca­té­go­rie de mode qu’il a tou­jours re­fu­sé, une mise en boîte qu’il goûte as­sez peu, du genre pre­mier étage luxe, deuxième étage créa­teurs, troi­sième étage street et pe­tites marques. « Je ré­pon­dais alors “je me si­tue plu­tôt cô­té as­cen­seur”. » Lui a tou­jours vou­lu ré­sis­ter à l’ap­pel des mar­chands du temple et des fi­nan­ciers. Il au­rait pu faire de son sac best-sel­ler, le de­mi-lune, un le­vier fa­çon « Qui veut ga­gner des mil­lions ? ». Niet ! « Il suf­fi­rait de rem­pla­cer le tan­nage na­tu­rel par un trai­te­ment au ch­rome, on en ven­drait dix fois plus et tout le monde n’y ver­rait que du feu. » L’homme conçoit ses pro­duits comme des oeuvres, avec ce fil rouge : un ob­jet simple, cy­clique mais non re­don­dant.

On a connu, à deux pas du jardin du Luxem­bourg, la bou­tique de la rue de Fleu­rus, où est vrai­ment née la marque, et que fré­quen­taient des ini­tiés au bon goût, à l’al­lure un tan­ti­net

an­dro­gyne, ha­billés en ka­ki et en com­bis mi­li­taires. On a usé le de­nim brut ja­po­nais à ne ja­mais la­ver. On a dé­ca­lé les vê­te­ments de tra­vail avec des ta­lons hauts. On a ad­mi­ré cette lec­ture dis­tan­cée d’une fé­mi­ni­té qui a du cran. Au­jourd’hui, on se presse au 39, rue Ma­dame, le siège de la mai­son mais aus­si stu­dio de créa­tion et vé­ri­table es­pace de tra­vail. C’est là qu’au son live du groupe Me­tro­no­my – ré­sident qua­si per­ma­nent du stu­dio de mu­sique lo­gé au sous-sol (il a pré­pa­ré pour fê­ter ça une boucle mu­si­cale de trente-six heures qui tourne dans les bou­tiques) – ont dé­fi­lé nos vingt der­nières an­nées, su­bli­mées dans cette col­lec­tion 2017 : Ma­ckin­tosh beiges, jean taille haute, blou­son la­pin col Clau­dine, mi­ni en de­nim, robe fleu­rie, cape en tweed… Et un en­semble veste et pan­ta­lon en de­nim, plus in­té­res­sant en­core de dos que de face, avec un dé­tail: cette éti­quette « in­for­ma­tion » en lettres rouges, res­sor­tant comme une po­chette fa­nion de la poche ar­rière.

Toute la pa­lette des cou­leurs mai­son est là: bleu la­vé, ca­mel, blanc cas­sé, ka­ki… Un écho aux salles d’archives, vé­ri­table bi­blio­thèque de style, ca­chées dans les sous-sols de la bou­tique de la rue Royale, où des mil­liers de pièces Her­mès, Cha­nel, Bur­ber­ry et A.P.C. sont en­tre­po­sées. Et les col­lec­tions de Jean Toui­tou, de sa mère, de fripe chi­née aux Etats-Unis ou au Ja­pon. A plat ou en ta­lons (mer­ci à ce­lui qui a « dé­ca­go­li­sé » la com­pen­sée !), la fille A.P.C. a l’art de dé­glin­guer le chic comme per­sonne. Elle bosse pour ne pas co­cher toutes les cases et cas­ser le confor­misme (bon ma­quillage, bonnes chaus­sures). Pour preuve, ces vestes en jean ou blou­sons de four­rure, noués en cache-col sur les im­pers.

En trente ans, cette femme af­fir­mée a ga­gné en dou­ceur, en vo­lup­té, en vo­lants, en soyeux, en scin­tille­ment. Pour bou­cler la boucle, il fal­lait que l’ora­teur prenne la plume. Un beau livre pré­vu pour sep­tembre chez Phae­don, un ob­jet beau et sen­sé, au­to­bio­gra­phique, hy­bride, des col­lages, des ful­gu­rances de l’es­prit sur le vê­te­ment et la mode, des ma­tières, des images. L’oeuvre de cet homme qui se dé­crit dans cette po­si­tion idéale, ac­cou­dé « à la fe­nêtre de la mode », ré­chauf­fé par l’intérieur, avec un pe­tit fris­son d’air frais sur le vi­sage. De­dans, car il crée vrai­ment de la mode, mais de­hors, car il porte des­sus un re­gard dis­tan­cié que bien peu dans ce mi­lieu peuvent se van­ter de mettre en mots. Une image qu’il met en ré­so­nance avec la lec­ture ré­cente d’une nou­velle : « Sar­ra­sine », d’Ho­no­ré de Bal­zac, dans la­quelle le nar­ra­teur est comme ti­raillé on­to­lo­gi­que­ment entre la cha­leur éma­nant d’une soi­rée or­ga­ni­sée par une riche fa­mille de la haute bour­geoi­sie et l’ex­té­rieur gla­cial d’un jardin en­nei­gé.

JEAN TOUI­TOU, FON­DA­TEUR D’A.P.C.

LA BOU­TIQUE DE LA RUE ROYALE, DANS LE 8E AR­RON­DIS­SE­MENT. COL­LEC­TION 2017.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.