Ils sont di­vers, mes faits

Où l’on voit le chro­ni­queur, en ces temps d’at­tente élec­to­rale, user des fi­celles du jour­na­lisme

L'Obs - - Débats -

Ça se passe à Saint-Charles, ville de l’Il­li­nois, une tren­taine de mil­liers d’ha­bi­tants, à une soixan­taine de ki­lo­mètres de Chi­ca­go. La vie y est beau­coup plus tran­quille. Ce qui n’em­pêche pas les pas­sions d’y être par­fois dé­vas­ta­trices. C’est ce qui s’est pas­sé chez les Co and. Ça n’al­lait dé­jà pas trop bien. An­jum, la mère de fa­mille, était par­tie vivre dans une autre mai­son. Ran­dall, son ma­ri, sem­blait mal le prendre. Il pro­fé­rait de vagues me­naces. La po­lice, une fois, avait dû in­ter­ve­nir. Ce jour-là, Ran­dall rend vi­site à An­jum. Il la convainc de l’ac­com­pa­gner jus­qu’à leur na­guère do­mi­cile conju­gal. Là, comme il bran­dit une arme, elle com­pose le 911, dont per­sonne au monde qui re­garde la té­lé­vi­sion n’ignore que c’est le nu­mé­ro amé­ri­cain pour po­lice-se­cours. La suite de leur conver­sa­tion, dès lors, est en­re­gis­trée. Ran­dall an­nonce à An­jum qu’il a tué leurs filles, des ju­melles de 16 ans, et qu’il va lui-même se tuer. On peut ima­gi­ner les po­li­ciers sau­tant dans leur vé­hi­cule pro­fes­sion­nel et se di­ri­geant dé­jà, toutes si­rènes hur­lantes, vers la mai­son des Co and. Ran­dall conti­nue à cau­ser. Je vais me tuer, dit-il, toi je vais seule­ment te bles­ser, pour que tu sou res comme j’au­rai sou ert et que tu n’ou­blies ja­mais comme nous ai­mions Ti any et Brit­ta­ny.

Et il lui a ti­ré dans les jambes. Et il s’est en­fer­mé dans la salle de bains. An­jum a en­ten­du le coup de feu. L’en­re­gis­tre­ment conti­nuait. Elle hur­lait après ses filles. Brit­ta­ny, criait-elle. Tif­fa­ny! Au­cune ne ré­pon­dait. Mon Dieu, il les a tuées. Il a tué mes deux en­fants, il s’est tué. A ce mo­ment, les flics sont en­trés. Les deux filles avaient e ec­ti­ve­ment été tuées par leur père. Il ne res­tait à An­jum, trans­por­tée à l’hô­pi­tal, que ses yeux pour pleu­rer, plus ses bles­sures qui la lais­se­ront peut-être clau­di­cante, c’était le plus cher dé­sir de Ran­dall. Quelle his­toire. On est mieux à lire « l’Obs ». Et à l’écrire, tiens donc.

On par­lait de la té­lé­vi­sion. Du nu­mé­ro 911, des feuille­tons amé­ri­cains. Les pa­rents de ce­lui-ci, en Franche-Com­té de­ve­nue ré­gion Grand-Est, l’avaient bap­ti­sé Ke­vin, pré­nom de­ve­nu ba­nal en Franche-Com­té, les pa­rents du se­cond l’avaient bap­ti­sé Bren­don, ce qui ne té­moigne pas non plus d’un fort at­ta­che­ment à nos ra­cines gré­co-la­tines. Ke­vin Bout­te­rin et Bren­don Billo­tet, 18 et 19 ans, ce soir-là, avaient bien bu. Bien fu­mé. Ils viennent de prendre quatre et un an de pri­son ferme en cor­rec­tion­nelle, à Ve­soul (GrandEst) pour un ro­déo de 2015, pa­role ils s’étaient crus au Far-West. En voi­ture, ac­com­pa­gnés de deux mi­neurs, ils avaient pour­sui­vi dans un pré trois vaches en ges­ta­tion, leur avaient bri­sé les pattes, les avaient frap­pées à la ha­chette. Avec des bles­sures de cinq cen­ti­mètres de pro­fon­deur, aban­don­nées ago­ni­santes après avoir été ar­ro­sées à l’ex­tinc­teur, les trois vaches et les veaux qu’elles por­taient avaient at­ten­du dix heures que leur pro­prié­taire les dé­couvre et les fasse eu­tha­na­sier. Le chro­ni­queur pour­rait trou­ver des faits-di­vers plus ri­go­los.

Al­lez. Un der­nier qui est drôle. Au­jourd’hui en pri­son, Pe­ter Fit­zek s’était pro­cla­mé roi d’Al­le­magne. Il en­cou­ra­geait ses su­jets à lui payer leurs im­pôts et en avait trou­vé 600 pour lui ver­ser au to­tal 1,3 mil­lion d’eu­ros. On peut tout faire, avec In­ter­net. Post-scrip­tum qui n’a rien à voir.– En ap­pre­nant sa mort, deux mo­ments qui vous sautent à l’es­prit. Ja­ki Byard, seul au pia­no, dans la cave de l’île Saint-Louis. Phil­ly Joe Jones, à la bat­te­rie, dans le club de La Dé­fense. Puis Sun Ra. Ar­chie Shepp. Sieg­fried Kess­ler. Com­bien d’autres, jus­qu’à Woo­dy Her­man et son Ru­gis­sant Trou­peau. Gé­rard Ter­ro­nès vient de mou­rir, sans qui la vie du free-jazz à Pa­ris, et du moins free mais libre quand même, n’au­rait pas été la grande chose qu’elle a été.

Brit­ta­ny, criait-elle. Tif­fa­ny! Au­cune ne ré­pon­dait.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.