Rien sur l’élec­tion (5)

Où l’on voit des pe­tits en­fants, et des grands

L'Obs - - DÉBATS - D. D. T.

Ce ci­toyen gha­néen, re­cru­té comme mule par des tra­fi­quants, trans­por­tait des sa­chets de drogue dans son es­to­mac quand l’un cre­va, ré­pan­dit son conte­nu, le­quel au contact des sucs gas­triques pro­vo­qua ce qui est ap­pe­lé une over­dose, dont le ci­toyen gha­néen mou­rut. L’ac­ci­dent est sur­ve­nu dans un hô­tel de Dar es Sa­lam, en Tan­za­nie, la po­lice dé­po­sa le corps du client dé­cé­dé à la morgue d’un hô­pi­tal et l’en­quête n’avait plus qu’à suivre son cours.

Pas de quoi en faire un plat. Seule­ment, deux em­ployés de la morgue, se dou­tant des causes de la mort du ci­toyen gha­néen, et peu sou­cieux de lais­ser perdre la mar­chan­dise, ou de lais­ser le mé­de­cin lé­giste al­ler y voir à l’abri des re­gards, ou­vrirent le ca­davre et s’em­pa­rèrent des sa­chets in­tacts à l’in­té­rieur. Quel­qu’un a pu aus­si bien le leur sug­gé­rer. Quoi qu’il en fût, lorsque le vol fut dé­cou­vert, la drogue avait été re­ven­due et les deux em­ployés, qui pas­saient de tristes jours à la morgue, passent des jours plus tristes en­core en pri­son. C’est bien du mal­heur pour que cer­tains s’en­voient en l’air en li­ber­té.

Le mal­heur est par­tout. Chez cette dame riche, par exemple, dans son ap­par­te­ment pa­ri­sien du 16e ar­ron­dis­se­ment. On sonne à la porte. Son jeune ca­det va ou­vrir. Ma­man, c’est les li­vreurs de piz­zas. L’aî­né, plus po­sé : on n’a pas com­man­dé de piz­zas. Les li­vreurs entrent alors, ils sont mas­qués, as­pergent au la­cry­mo­gène, font main basse sur la bague de la dame riche. La­quelle bague vaut 3 mil­lions, pas 3 mil­lions de fi­fre­lins, 3 mil­lions d’eu­ros. On croi­rait pas que ça peut exis­ter, mais ça existe. Il n’y a pas plus pra­tique quand on doit se sau­ver en vi­tesse. Ce qu’ont ex­pé­ri­men­té les faux li­vreurs.

Les en­fants qui ouvrent les portes. Les en­fants qui ouvrent les yeux. La pe­tite Ecos­saise Ava Bell ré­pond par écrit à un ques­tion­naire de son école : « Qu’est-ce que ton pro­fes­seur pour­rait faire mieux qu’il ne le fait ? » lui est-il de­man­dé. Du haut de ses 11 ans elle ré­pond que les pu­ni­tions col­lec­tives en classe, qui touchent des per­sonnes qui n’ont rien fait de mal, sont contraires à la con­ven­tion in­ter­na­tio­nale de Ge­nève, da­tée de 1949, et qui dé­fi­nit les crimes de guerre. Elle com­mence bien, cette Ava Bell, si elle conti­nue comme ça elle risque de de­ve­nir une dan­ge­reuse pa­ci­fiste.

On cause, on cause, la bague de 3 mil­lions d’eu­ros court tou­jours. Qui sait si cette bague, pour la dame, n’est pas un bi­jou par­mi d’autres et qu’elle ne s’en sou­cie pas da­van­tage ? Peu­têtre était-ce une de ses bagues de tous les jours et que les vo­leurs eussent été mieux avi­sés de pas­ser quand elle porte une de ses bagues du di­manche ? Charles Chan, de Hong-Kong, pos­sède au moins un yacht, bien pra­tique pour s’éva­der d’un ter­ri­toire étri­qué, ah ! l’air du large. Ce qui lui manque, c’est le temps. « So ma­ny books, so lit­tle time », di­sait-on chez Bren­ta­no’s, l’an­cien li­braire amé­ri­ca­no-pa­ri­sien de l’ave­nue de l’Opé­ra. Pour cer­tains mil­liar­daires, c’est so ma­ny yachts. Tous les plai­sirs à dis­po­si­tion mais pour les goû­ter, quelle a aire ! Ce­lui-ci dont on parle, son yacht l’at­ten­dait au large de la Nor­vège, où il s’était ren­du sans lui. L’avion jus­qu’à Os­lo. D’Os­lo, hé­li­co jus­qu’au yacht. Il est là, sous mes yeux, qu’il est beau, dom­mage que je n’ai ja­mais le loi­sir de le re­gar­der. Heu­reu­se­ment que j’en ai une pho­to dans mon bu­reau (so­li­loque ima­gi­né). Et une aus­si sur mon smart­phone (so­li­loque, suite). Ap­prê­tons-nous à des­cendre mais voi­là un coup de vent, un ta­pis s’en­vole du yacht et se prend dans les pales. L’hé­li­co­ptère et ses oc­cu­pants à l’eau. Des pê­cheurs ont sau­vé notre yacht­man, le­quel s’en est re­tour­né en avion à Hong-Kong après quelques jours d’hô­pi­tal. Pas en­core cette fois qu’il au­ra pro­fi­té de son ar­gent et il a failli y res­ter.

On cause, on cause, la bague de 3 mil­lions d’eu­ros court tou­jours.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.