No­lan, juin 40

L'Obs - - CRITIQUES - NI­CO­LAS SCHALLER

Le Ku­brick du block­bus­ter est de re­tour. Il n’y a que Ch­ris­to­pher No­lan pour se per­mettre une su­per­pro­duc­tion sur la ba­taille de Dun­kerque, sans star ni 3D, tour­né sur pel­li­cule 70 mm et Imax. Cette li­ber­té hors norme, dont il jouit au sein du stu­dio War­ner, et que jus­qu’ici seul le réa­li­sa­teur de « Barry Lyn­don » avait su s’oc­troyer à une telle échelle, No­lan la doit aux triomphes mo­nu­men­taux de ses trois « Bat­man ». Dans « Dun­kerque », fil­mé sur les lieux de l’ac­tion, il re­cons­ti­tue l’opé­ra­tion Dy­na­mo qui, entre le 20 mai et le 4 juin 1940, vit 400 000 sol­dats al­liés se re­plier sur la côte nor­dique et ré­sis­ter contre les troupes de la Wehr­macht, deux fois plus nom­breuses, jus­qu’à l’éva­cua­tion vers l’An­gle­terre. No­lan en parle comme d’un film de sur­vie, cite « le Sa­laire de la peur » et Bres­son par­mi ses mo­dèles. Ju­ge­ment sur pièces le 19 juillet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.