Bonne nuit

LA NUIT MYOPE, PAR A.D.G., LA PE­TITE VERMILLON, 112 P., 5,90 EU­ROS.

L'Obs - - LIRE -

A.D.G. (pho­to), Alain Four­nier de son vrai nom (rien à voir avec ce­lui du « Grand Meaulnes »), fi­gure de la « Sé­rie noire », a été jour­na­liste à « Mi­nute » et mi­li­tant FN. Il est mort en 2004. A ses ob­sèques vinrent les Le Pen, père et fille. Que ces tur­pi­tudes an­ti­ré­pu­bli­caines lui soient par­don­nées. Cette « Nuit myope », ro­man noir pa­ru en 1981, sait te­nir son lec­teur éveillé. On suit le va­ga­bon­dage noc­turne et pa­ri­sien d’un di­rec­teur com­mer­cial qui a cas­sé ses lu­nettes. Il quitte sa femme, in­sulte son pa­tron, boit trop et fume en­core plus. C’est l’his­toire d’un homme qui ne voit rien de ce qui lui ar­rive. Il est gui­dé dans sa nuit men­tale par un nar­ra­teur om­ni­scient et nar­quois, un chien d’aveugle mal dres­sé qui n’hé­site ja­mais à in­ter­ve­nir pour glis­ser une adresse au lec­teur, un ca­lem­bour lour­dingue, une opi­nion hors su­jet (« Dans la réa­li­té, nous le sa­vons, les aven­tu­riers ne portent pas de lu­nettes du tout ou alors de so­leil »). C’est par­fois de mau­vais goût, sou­vent de bon. Mais on avance, tou­jours cu­rieux de la phrase d’après, comme un noc­tam­bule aux abois qui at­tend que le jour re­vienne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.