Les deux Lynch

ERASERHEAD (1977, 1H30) ET TWIN PEAKS. FIRE WALK WITH ME (1992, 2H15), PAR DA­VID LYNCH.

L'Obs - - CRITIQUES - F. F.

Ex­cel­lente idée, de ré­édi­ter en ver­sion res­tau­rée les deux films les plus lyn­chiens de Lynch. « Eraserhead » reste un ov­ni ab­so­lu­ment fou : tour­né avec un bud­get de mi­sère, dif­fu­sé qua­si clan­des­ti­ne­ment, le film est une sorte de poème de science-fic­tion qui ras­semble toutes les ob­ses­sions du ci­néaste : mons­truo­si­té, cruau­té, sur­réa­lisme, per­cep­tion d’aliens, hu­mour gro­tesque. Quant à « Twin Peaks. Fire Walk with Me » (pho­to), il s’agit d’une pré­quelle du feuille­ton, avec les mêmes ac­teurs, la même vic­time (Lau­ra Pal­mer), les mêmes bi­zar­re­ries. Mal ac­cueilli au Fes­ti­val de Cannes 1992, le film a ce­pen­dant une ré­pu­ta­tion d’oeuvre-évé­ne­ment-ins­tal­la­tion d’art. Le truc, c’est qu’entre « Eraserhead » et « Twin Peaks », on sent Lynch qui dé­raille. Quand il se contrôle, ça donne « Mul­hol­land Drive », un beau film. Quand il lâche les rênes, c’est « In­land Em­pire », une idio­tie to­tale. Ar­tiste ins­pi­ré ou to­card al­lu­mé ? A vous de voir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.