Plos­su : la ten­ta­tion de mi­di

BER­NARD PLOS­SU. L’HEURE IM­MO­BILE, HÔ­TEL DES ARTS, TOU­LON. JUS­QU’AU 18 JUIN. CA­TA­LOGUE DE L’EX­PO : “L’HEURE IM­MO­BILE”, LA FABRICA, 144 P., 39 EU­ROS.

L'Obs - - CRITIQUES - B. G.

« Mi­di, c’est l’heure in­ter­dite pour les pho­to­graphes, af­firme Ber­nard Plos­su. Et pour­tant la plu­part des images de cette ex­po­si­tion ont été prises à ce mo­ment-là. » Ce sont presque vingt an­nées de tra­vail in­édit qui sont mon­trées ici, grande ba­lade sur les ri­vages et les ré­gions bor­dant la Mé­di­ter­ra­née, entre Grèce, Ita­lie, Es­pagne et mi­di de la France. Soit plus de 130 pho­tos en noir et blanc que Ri­car­do Vaz­quez , di­rec­teur des lieux et com­mis­saire de l’ex­po­si­tion, a choi­si de pré­sen­ter en ac­cen­tuant l’éclai­rage des salles, comme pour ac­croître la lu­mi­no­si­té des images. Vides de toute pré­sence hu­maine, les com­po­si­tions de Ber­nard Plos­su s’ins­crivent pour la plu­part dans la li­gnée des pion­niers de la « pein­ture mé­ta­phy­sique » (De Chi­ri­co, Carrà). Fa­çades im­ma­cu­lées, dé­tails ar­chi­tec­tu­raux in­so­lites, images cap­tu­rées der­rière la vitre d’un train, construc­tions per­dues au mi­lieu de nulle part, ro­chers abrupts do­mi­nant la mer : le « va­ga­bond » Plos­su ne nous avait guère ha­bi­tués à cette ru­desse gra­phique, entre blancheur et scin­tille­ment des gris somp­tueux. La Mé­di­ter­ra­née lui a fait ca­deau d’une lu­mière. Et il nous la rend, plus somp­tueuse en­core.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.