Le saint pa­tron de Rome

Après avoir ré­no­vé à grands frais la fon­taine de Tre­vi, Fen­di ins­talle face à son siège ro­main une oeuvre mo­nu­men­tale de l’Ita­lien Giu­seppe Pe­none. Une opé­ra­tion qui conso­lide son au­ra de mé­cène

L'Obs - - CRITIQUES - Par ELVIRE EMPTAZ

Len­te­ment, les pan­neaux blancs po­sés sur des rou­lettes dé­voilent une par­tie, puis la to­ta­li­té de l’oeuvre. In­ti­tu­lée « Fo­glie di Pie­tra », lit­té­ra­le­ment « Feuilles de pierre », elle est consti­tuée de deux im­menses arbres en bronze. Sur les branches ont été dé­po­sés de gros blocs de marbre taillés, qui semblent ve­nir d’un bâ­ti­ment an­tique. Ils donnent l’im­pres­sion de pou­voir tom­ber à tout mo­ment. Les sym­boles sont là. Li­sibles ai­sé­ment. Il y a la na­ture et la ville, le pas­sé et le fu­tur.

Ce ne sont pas les pre­miers arbres du cé­lèbre ar­tiste pié­mon­tais Giu­seppe Pe­none, maître de l’arte po­ve­ra. Il avait dé­jà plan­té ailleurs ses sculp­tures, qui se jouent de la gra­vi­té, no­tam­ment à Ver­sailles, en 2013. Ici, les réa­li­sa­tions di èrent par ce qu’elles sont, mais aus­si par ce qu’elles vé­hi­culent. Car, outre sa va­leur es­thé­tique, « Fo­glie di Pie­tra » est une pre­mière. Ja­mais au­cune oeuvre éphé­mère n’avait été mise en place dans les rues de Rome. La ville mu­sée re­gorge de mer­veilles ar­chi­tec­tu­rales, mais nulle ins­tal­la­tion ne se dres­sait dans ses rues jusque-là.

Ce n’est pas à la ville, dé­jà bien en peine de res­tau­rer ses bâ­ti­ments an­ciens, mais à Fen­di que l’on doit ce geste. « Notre his­toire est liée à celle de Rome, c’est

pour­quoi nous te­nons de­puis plu­sieurs an­nées à ren­for­cer nos liens avec la ville », ex­plique Pie­tro Bec­ca­ri, PDG de la marque. C’est dé­jà Fen­di qui y a fait ré­no­ver six fon­taines, dont la my­thique fon­taine de Tre­vi, où elle avait ob­te­nu l’au­to­ri­sa­tion, en juillet der­nier, d’or­ga­ni­ser le dé­fi­lé de ses 90 ans. Le mé­cé­nat pri­vé a aus­si ses bonnes contre­par­ties…

Le tra­vail de Pe­none n’est d’ailleurs pas ins­tal­lé n’im­porte où, mais face au ma­gni­fique im­meuble du Pa­laz­zo del­la Ci­vil­tà Ita­lia­na, de­ve­nu le Pa­laz­zo Fen­di de­puis sa ré­no­va­tion par la mai­son, qui y a éta­bli ses bu­reaux. Le pre­mier étage de ce bâ­ti­ment sur­nom­mé le Co­li­sée car­ré, à l’ar­chi­tec­ture mus­so­li­nienne, est ou­vert gra­tui­te­ment au pu­blic et abrite jus­qu’au 16 juillet pro­chain « Ma­trice », une ex­po­si­tion consa­crée au tra­vail de Giu­seppe Pe­none. On y re­dé­couvre des oeuvres an­ciennes, vastes hom­mages à la na­ture comme « Sou e de feuilles », un amas de feuilles re­cou­vert de bronze, dans le­quel on de­vine la trace d’un corps. En o rant à Rome, ses ha­bi­tants et ses tou­ristes, sa pre­mière oeuvre in si­tu, Fen­di réa­lise un coup – de pub – de maître.

« Feuilles de pierre », de Giu­seppe Pe­none, de­vant le Pa­laz­zo Fen­di.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.