Diane Du­casse

Il y a un an, elle a lan­cé Da/Da, une marque pour femme qui dé­tourne les codes mas­cu­lins et s’ancre dans la mode ac­tuelle, adepte du mé­lange des genres

L'Obs - - CRITIQUES - Par ELVIRE EMPTAZ

QUI EST ELLE ?

On la croi­rait sor­tie des pages d’une sé­rie de mode d’un ma­ga­zine. Elan­cée, sou­riante, avec son pan­ta­lon de ve­lours cô­te­lé, un po­lo et des der­bys qui com­plètent son al­lure boyish. Diane Du­casse, 27 ans, a créé dé­but 2016 sa marque Da/Da, qui pro­pose des vê­te­ments fé­mi­nins ins­pi­rés du ves­tiaire mas­cu­lin. Cos­tard loose cou­leur pas­tel, robe-man­teau à car­reaux, veste cein­tu­rée aux airs ja­po­ni­sants, les mo­dèles sont élé­gants, sans fio­ri­tures, taillés à la per­fec­tion et in­tem­po­rels. Ils ont tout ce que les femmes en­vient gé­né­ra­le­ment au style des hommes. « Le nom Da/Da, c’est d’abord une ré­fé­rence au mou­ve­ment ar­tis­tique. On re­trouve ce cô­té dé­ca­lé dans mes créa­tions. La so­no­ri­té me rap­pelle aus­si le nom des femmes qui m’ins­pirent, comme Fri­da Kah­lo ou Ga­la Dalí. Et sur­tout, c’est l’un de mes sur­noms ! »

D’OÙ VIENT ELLE ?

La mil­len­nial passe les cinq pre­mières an­nées de sa vie à La Réunion avant que sa fa­mille ne rentre à Lyon, où elle suit une bonne sco­la­ri­té qui la mène jus­qu’en pré­pa HEC. Elle rêve de de­ve­nir joueuse de ten­nis pro­fes­sion­nelle, mais des pro­blèmes de san­té mettent fin à ses am­bi­tions spor­tives. « A 20 ans, je me cher­chais, je suis par­tie en tant que ba­by-sit­ter à New York. Là-bas, j’ai fait de su­perbes ren­contres, dont celle de la sty­liste de Ri­han­na. En la voyant des­si­ner, ça m’a don­né en­vie de m’y re­mettre. » Elle in­tègre le Stu­dio Ber­çot, école de mode pa­ri­sienne. La jeune femme s’y épa­nouit et en­chaîne avec un stage chez Lan­vin, puis tra­vaille chez Marc Ja­cobs et Mi­chel Vivien, avant d’as­sis­ter l’illus­tra­teur Vincent Dar­ré pour le ma­ga­zine « l’O ciel ». Il y a trois ans, elle de­vient free-lance, fait du consul­ting et du sty­lisme pour des marques comme Ines de la Fres­sange et donne des cours dans son an­cienne école. En pa­ral­lèle, elle lance l’an­née der­nière sa gri e.

QUE FAIT ELLE ?

« Beau­coup de gens ai­maient mon style, je sen­tais que c’était le mo­ment pour une ligne an­dro­gyne. Un pro­duit à l’élé­gance fran­çaise qui se su rait à lui-même. Je ne me ma­quille pas, je ne porte pas de bi­joux, je veux que l’on res­sente cette sim­pli­ci­té. » Da/Da connaît de très beaux dé­buts, parce que la marque made in France dé­gage une au­ra par­ti­cu­lière, no­va­trice et clas­sique à la fois. Les ins­pi­ra­tions de Diane Du­casse sont di­verses, de « Pea­ky Blin­ders », la sé­rie sur des gang­sters an­glais, pour sa pre­mière col­lec­tion aux dé­buts du jazz im­mor­ta­li­sés par le film « Ca­fé So­cie­ty », de Woo­dy Al­len. Et la pro­chaine sai­son ? « Il y au­ra un es­prit cow­boy, axé sur les trans­pa­rences, je re­garde aus­si beau­coup les te­nues d’El­vis ! » Une al­lure à suivre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.