Pau­la Haw­kins se noie

La ro­man­cière de “la Fille du train” signe un th­riller cho­ral, fan­tas­tique et ca­co­pho­nique

L'Obs - - CRITIQUES - CLAIRE JUL­LIARD

AU FOND DE L’EAU, PAR PAU­LA HAW­KINS, TRA­DUIT DE L’AN­GLAIS PAR CO­RINNE DANIELLOT ET PIERRE SZCZECINER, SONATINE, 416 P., 22 EU­ROS.

Pau­la Haw­kins, l’au­teur de « la Fille du train », re­vient avec un ro­man d’at­mo­sphère qui flirte par­fois avec le go­thique. Dans le vil­lage de Beck­ford, le corps de Nel Ab­bott a été re­pê­ché dans la ri­vière qui la fas­ci­nait tant. Ar­ri­vée en ca­tas­trophe, sa soeur Ju­lia ex­hume dans un dos­sier un ma­nus­crit de Nel sur le « Bas­sin aux noyées », où, au xviie siècle, on avait re­pê­ché le ca­davre de Lib­by, une en­fant ac­cu­sée de sor­cel­le­rie. Après elle, Ma­ry, Anne, Gin­ny, Lau­reen, Ka­thie et d’autres per­dirent la vie dans ces eaux troubles et mau­dites. Nel avait une hy­po­thèse : « Beck­ford n’est pas un lieu à sui­cides. Beck­ford est l’en­droit où l’on se dé­bar­rasse des femmes à pro­blèmes. » Dif­fi­cile, après ce­la, de croire qu’elle s’est don­né la mort, comme on le pré­tend. La veille de sa dis­pa­ri­tion, Nel avait ap­pe­lé Ju­lia. Cette der­nière ef­fec­tue un re­tour au ber­cail éprou­vant. Il lui faut af­fron­ter l’en­quête sur le sup­po­sé sui­cide mais aus­si se confron­ter au sou­ve­nir dou­lou­reux d’une re­la­tion bri­sée avec sa soeur. En­fin, elle doit ap­pri­voi­ser sa nièce Le­na. L’ado­les­cente de 15 ans qu’elle ne connaît pas se montre d’em­blée hos­tile. Pau­la Haw­kins tresse les por­traits de trois femmes com­plexes dans un th­riller psy­cho­lo­gique am­bi­tieux. Plus pro­fond que « la Fille du train », ce livre est éga­le­ment plus dif­fi­cile à suivre. Une foule de nar­ra­teurs s’y croisent dans une suite de cha­pitres courts et secs. La nar­ra­tion est certes ha­le­tante mais ce rythme ha­ché a de quoi perdre le lec­teur et le noyer à son tour. Le ro­man cho­ral, genre très en vogue chez les au­teurs de polars, offre d’in­té­res­santes va­ria­tions sur un même thème mais la po­ly­pho­nie tourne ici à la ca­co­pho­nie. « Au fond de l’eau » vaut tou­te­fois pour son cli­mat d’étran­ge­té proche du fan­tas­tique. Ce­lui­ci ouvre des pers­pec­tives lit­té­raires à Pau­la Haw­kins, qui, sans nul doute, sau­ra re­faire sur­face.

EN CHIFFRES Pau­la Haw­kins a pu­blié « la Fille du train » (2015), ro­man ven­du à plus de 18 mil­lions d’exem­plaires dans le monde, tra­duit dans 42 pays et adap­té au ci­né­ma en 2016. « Au fond de l’eau » a été ti­ré à 230000.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.