Big Bong

ME­MO­RIES OF MUR­DER, PAR BONG JOON-HO. FILM PO­LI­CIER SUD-CO­RÉEN, AVEC SONG KANG-HO, KIM SANG-KYUNG, BYEON HEE-BONG (2003, 2H11).

L'Obs - - CRITIQUES - N. S.

Viols et meurtres en sé­rie dans la cam­pagne sud-co­réenne. Un dé­tec­tive en­quête de ma­nière peu scru­pu­leuse et fa­brique des preuves, faute d’en trou­ver. On lui ad­joint un confrère de Séoul, mais l’en­quête pié­tine, les vic­times s’amon­cellent, et nos flics perdent la boule. Ins­pi­ré du pre­mier se­rial killer lo­cal, qui sé­vit entre 1986 et 1991 sans ja­mais être dé­mas­qué, voi­ci un film sé­mi­nal de la nou­velle vague sud-co­réenne et de son ci­né­ma de genre. Ci­né­ma de genres, tant il les su­per­pose et en re­pousse les li­mites avec une li­ber­té folle. Ce th­riller à sus­pense est une co­mé­die très noire, où la bouf­fon­ne­rie le dis­pute au tra­gique, l’in­com­pé­tence bur­lesque de la po­lice au ma­rasme po­li­tique et mo­ral dans le­quel baigne le pays au sor­tir de la dic­ta­ture mi­li­taire. Bong Joon-ho an­nonce « Zo­diac », de Da­vid Fin­cher, et pose les bases de son style : amour des tim­brés, goût de l’ab­surde, rup­tures de ton. De­puis, il al­terne grands (« The Host », « Mo­ther ») et ex­cel­lents films (« Ok­ja »). Sa de­vise ? Heu­reux soient les fê­lés car ils laissent pas­ser la lu­mière.

Kim Sang-kyung.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.