Le “Keepall” de Louis Vuit­ton

L'officiel Hommes - - NEWS - Iconique Au­teur ADRIAN FOR­LAN

Aux dis­traits et aux nou­veaux ve­nus, rap­pe­lons en deux mots ce que doit la mai­son Louis Vuit­ton aux voyages. Fon­dée en 1854 par Louis Vuit­ton, elle s’at­tache à ho­no­rer une de­vise (“Tout ba­gage doit al­lier grande mo­bi­li­té et lé­gè­re­té”) en pro­po­sant une ra­di­cale malle plate, plus pra­tique, conve­nons-en, que celles au cou­vercle bom­bé alors en vi­gueur. Phi­leas Fogg, sans doute, en em­por­tait une ou deux dans sa mont­gol­fière. La fa­mille Vuit­ton pour­sui­vra dans cette veine, nomade et ir­ré­pro­cha­ble­ment élé­gante – en­traî­nant dans son sillage des imi­ta­teurs, dont elle se dis­tin­gue­ra en 1896, lorsque Georges Vuit­ton conçoit une toile fai­sant al­ter­ner les ini­tiales en­la­cées LV, des pointes de diamants, des étoiles et des fleurs qua­dri­lo­bées. En 1905, le bre­vet de la toile dite Mo­no­gram est dé­po­sé. De dé­cen­nie en dé­cen­nie, de com­mande spé­ciale en com­mande spé­ciale, la mai­son in­ven­te­ra, ré­in­ven­te­ra, ré­agen­ce­ra, cet hé­ri­tage unique, sa­chant bien que re­fu­ser l’évo­lu­tion, c’est se condam­ner à flé­trir. Sau­tons al­lè­gre­ment les époques pour at­ter­rir en 1959, et re­trou­vons Gas­ton-louis Vuit­ton. De la fin du XIXE siècle, ce re­pré­sen­tant de la troi­sième gé­né­ra­tion, jus­qu’à 1959, oeu­vre­ra à dy­na­mi­ser ce qui est dé­jà une marque my­thique. Ain­si, avec son fils Claude-louis, ils mettent au point une toile, al­lé­gée, se pliant avec bien­veillance aux aléas du voyage. C’est jus­te­ment de cette avan­cée que pro­fi­te­ra au pre­mier chef le “Keepall”*, qui peut éga­le­ment se flat­ter d’être le pre­mier sac de voyage souple à bé­né­fi­cier de la toile Mo­no­gram (les malles, alors seules à en être pa­rées, ne le prirent pas mal. Les voya­geurs sont de grands par­ta­geurs d’émo­tions, et leurs ba­gages leur res­semblent). À sa nais­sance, en 1924, il se pla­çait à l’in­té­rieur des malles, en qua­li­té de sac d’ap­point. D’ap­point, peut-être, mais es­sen­tiel : son nom le dit bien, il gar­dait tout. En 2017, le “Keepall”, fi­dèle à sa vo­ca­tion in­no­va­trice, se pré­sen­te­ra à l’oc­ca­sion de la course Louis Vuit­ton Ame­ri­ca’s Cup avec une toile Da­mier Co­balt Da­mier La­ti­tude, une ver­sion luxueuse et spor­tive de la toile Da­mier Co­balt da­tant de 1901, et frap­pée pour la pre­mière du “V Gas­ton”. Adres­sant des clins d’oeil nau­tiques (ses ti­rettes, une fer­me­ture éclair en ma­tière tech­nique hy­dro­fuge), et re­tra­vaillant son hé­ri­tage, avec une lec­ture over­si­zed du Da­mier Co­balt. Bien sûr, la per­for­mance tech­nique d’un sac, l’ai­sance avec la­quelle il se glis­se­ra dans notre quo­ti­dien, le plai­sir à l’em­bar­quer le temps d’un week-end fai­néant, font beau­coup pour son cha­risme. S’il nous émeut, c’est aus­si parce qu’il cache bien des émo­tions, comme la lampe d’ala­din, frot­tons-le, ou plu­tôt ou­vrons-le, et ad­mi­rons ce qui s’en échappe, de char­mants ec­to­plasmes in­sou­ciants, évo­quant des temps plus lé­gers, des pé­tille­ments in­ex­tin­guibles. Sans doute sa lé­gè­re­té ma­té­rielle a déteint sur son ca­rac­tère, dans une mé­to­ny­mie im­pré­vue… Se pa­ti­nant avec grâce (nous ren­dant as­sez ja­loux), il n’est pas éton­nant que le “Keepall” soit une star des en­chères dé­diées à la ma­ro­qui­ne­rie, ou un des fa­vo­ris des ar­tistes in­vi­tés par la mai­son pour re­vi­si­ter leurs in­tem­po­rels (Mu­ra­ka­mi, Sprouse). Et pour­tant, s’il y a un seul sort à ré­ser­ver aux ob­jets ai­més, ani­més par notre pa­tience, c’est de bien les pré­ser­ver pour les trans­mettre et leur of­frir un des­tin sem­blable à L’ADN de sa mai­son : un éter­nel re­com­men­ce­ment, vi­vi­fié par les mains fraîches s’en em­pa­rant, re­vi­ta­li­sé par la nou­velle épaule le por­tant. Il en va du “Keepall” comme d’un pré­cieux sa­voir, qu’il se­rait bien égoïste de ne gar­der que pour soi. En être le pro­prié­taire éphé­mère est un hon­neur à trans­mettre – pas un acte de pro­prié­té dont la date de pé­remp­tion coïn­ci­de­rait avec la nôtre. Cer­tains luxes ap­prennent l’hu­mi­li­té, et ce n’est pas le moindre de leurs mé­rites.

* Sac “Keepall” en toile de co­ton ayant ap­par­te­nu à Gas­ton-louis Vuit­ton, vers 1930.

Dis­po­nible à par­tir de mars.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.