Jacques-an­toine Gran­jon

L'officiel Hommes - - ÉDITO -

sur vente-pri­vée.com, l’en­tre­pre­neur A ré­in­ven­té notre ma­nière de consom­mer la mode, grâce Aux nou­velles tech­no­lo­gies… et à l’iphone.

“Avec lui, la bou­tique vir­tuelle s’est peu à peu dé­pla­cée dans notre poche.” “La vé­ri­table ré­vo­lu­tion, ce n’est pas l’iphone, c’est l’avè­ne­ment du di­gi­tal qui, de­puis son dé­mar­rage en France, a per­mis à un ré­seau d’en­tre­pre­neurs de se lan­cer. Il y a eu le Mi­ni­tel dans les an­nées 1990 mais tout a vé­ri­ta­ble­ment com­men­cé en 1994 avec l’avè­ne­ment de L’ADSL qui a équi­pé les mé­nages, leur don­nant ac­cès à l’in­ter­net ra­pide, au bu­reau comme à la mai­son. Et puis, il y a dix ans, il est ar­ri­vé. Et avec l’iphone, la bou­tique vir­tuelle s’est peu à peu dé­pla­cée dans notre poche, ren­dant Ama­zon comme Vente-pri­vée ac­ces­sibles à tout mo­ment. Ce qui a créé une sur-offre gé­né­ra­li­sée et une concur­rence qui ont bou­le­ver­sé le concept de bou­tique vir­tuelle. La ques­tion de l’an­crage s’est alors po­sée. Avec les por­tables, le com­por­te­ment des consom­ma­teurs, qui ont dé­sor­mais ac­cès à tout, im­mé­dia­te­ment et à tout mo­ment, a chan­gé. Pour les cap­ter, il a fal­lu chan­ger la fa­çon de consom­mer et créer un dé­sir au quo­ti­dien. En une di­zaine d’an­nées, le site lan­cé en 2001 a réus­si à s’ins­tal­ler dans le quo­ti­dien de 50 mil­lions de per­sonnes, trans­for­mant une pro­messe di­gi­tale en une réelle sa­tis­fac­tion clients. On est alors de­ve­nu des lea­ders du e-com­merce eu­ro­péen, avec un vo­lume d’af­faires qui a at­teint 3 mil­liards d’eu­ros en 2016. Cette crois­sance s’est ac­cé­lé­rée avec l’uti­li­sa­tion des por­tables : au­jourd’hui, plus de 80 % des vi­sites sont réa­li­sées via les ap­pli­ca­tions sur mo­bile ain­si que 62 % de notre chiffre d’af­faires. Quant à l’ap­pli­ca­tion Vente-pri­vée, elle a été té­lé­char­gée plus de 7 mil­lions de fois.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.