AXELLE TESSANDIER

“Il faut juste se lan­cer…”

Madame Figaro - - Mag/Exclusif - JU­LIE FALCOZ

POIS­SON-PI­LOTE HA­BI­TUÉ À NA­VI­GUER DANS LES EAUX DIGITALES, ENTREPRENEURE EN­GA­GÉE * PEN­DANT LA CAM­PAGNE D’EM­MA­NUEL MA­CRON, AXELLE TESSANDIER, FON­DA­TRICE D’AXL AGENCY, DÉCODE CETTE NOU­VELLE GÉ­NÉ­RA­TION QUI PEU À PEU S’IM­POSE.

« MA­DAME FI­GA­RO ». – Dans une so­cié­té fran­çaise plu­tôt tour­née vers les se­niors, la place des jeunes est-elle en train de chan­ger ?

AXELLE TESSANDIER. – Fait-on da­van­tage confiance aux jeunes aujourd’hui ? Je di­rais qu’il y a du mieux. Cette gé­né­ra­tion des 18-30 ans est née avec la ré­vo­lu­tion nu­mé­rique, ce qui im­plique de nou­veaux ou­tils, un autre état d’es­prit et des com­por­te­ments in­édits. Et, c’est une pre­mière, cette jeune gé­né­ra­tion a des choses à ap­prendre à la pré­cé­dente. La hié­rar­chie est in­ver­sée. Reste que nous sommes en­core dans une so­cié­té très pa­triar­cale. Alors, les 18-30 ans ont une place à prendre… sans at­tendre qu’on la leur donne for­cé­ment. Je pense que c’est en­core dur de faire sa place en France quand on est jeune. Se sentent-ils re­pré­sen­tés ? Il y a du tra­vail. Il ne s’agit pas d’être contre les gens plus âgés, mais de s’ac­cor­der sur l’idée que plus il y a de di­ver­si­té, plus il y a de créa­ti­vi­té.

Cette gé­né­ra­tion est-elle plus en­ga­gée ?

Non, si l’on consi­dère la par­ti­ci­pa­tion aux der­nières élec­tions ! Mais la ré­vo­lu­tion nu­mé­rique a aus­si re­créé une autre forme d’en­ga­ge­ment très fort. Par exemple, le fé­mi­nisme en ligne est très pré­sent sur Twit­ter avec des ha­sh­tags, c’est le cas aus­si de l’éco­lo­gie. Les millennials s’y re­con­naissent parce que ce­la cor­res­pond à leurs ou­tils, à leurs dis­cours, à la ra­pi­di­té avec la­quelle les com­mu­nau­tés se créent. Tous cherchent du sens dans ce qu’ils font, avec cette ob­ses­sion que l’aven­ture soit plus grande qu’eux-mêmes. Quel im­pact peuvent avoir ces 30 jeunes femmes puis­santes ?

Elles sont puis­santes, oui, c’est d’ailleurs un mot que nous n’uti­li­sons pas as­sez. Il est aus­si ques­tion de cou­rage.

Il n’y a pas de « won­der wo­men », il faut juste se lan­cer, avoir le cou­rage de le faire. Je crois beau­coup à la so­ro­ri­té, ce mot de­vrait être connu de toutes les femmes dès l’âge de 15 ans. La so­ro­ri­té est né­ces­saire et fait du bien. Les hommes s’aident constam­ment entre eux. Il faut ap­prendre à faire de même. Ont-elles un point com­mun ?

Le cou­rage, donc, et la dé­ter­mi­na­tion. Per­sonne ne réus­sit sans tra­vail, sans obs­ti­na­tion. Il faut éga­le­ment se connaître, connaître sa vo­ca­tion et ai­mer ce que l’on fait. Je pense à Re­bec­ca Am­sel­lem, avec Les Glo­rieuses, à Estelle Mossely, qui a fait pleu­rer la France en­tière l’an­née der­nière, à Mar­jo­laine Gron­din, fi­gure im­por­tante des nou­velles tech­no­lo­gies et du monde des start-up, ou à l’au­then­ti­ci­té et la puis­sance d’Ou­laya Amam­ra dans « Di­vines ». Toutes ces filles-là sont des « role mo­dels » (NDLR : mo­dèles), sans le sa­voir sû­re­ment. Mais les mon­trer est im­por­tant, car ici ou là une jeune fille va lire cet ar­ticle et se dire : « Si elle peut le faire, moi aus­si je le peux. » Elles ont dé­jà pro­ba­ble­ment chan­gé la vie de quelques-unes. Les ar­tistes, les en­tre­pre­neures, les spor­tives, les chefs, ont un rôle po­li­tique im­por­tant parce qu’elles se sou­cient de la vie de la ci­té.

Ce sont des femmes en­ga­gées au-de­là de leur do­maine res­pec­tif, avec de fortes per­son­na­li­tés. Cha­cune a un mes­sage très fort. Mais sur­tout, leur li­ber­té consiste à ne pas res­ter en­fer­mées dans ce que la so­cié­té pro­jette pour elles. Alors que notre pays adore mettre les gens dans des cases éta­blies, elles les dé­tournent, les dé­truisent. Tous les jours, elles luttent contre leurs peurs, passent au-de­là des re­fus… C’est la clé. Alors on compte sur elles. * « Mar­cheuse de la pre­mière heure », édi­tions Al­bin Mi­chel (en oc­tobre).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.