LES NOU­VEAUX GÉ­NIES DE L’EN­TRE­PRISE

Madame Figaro - - Mag/Exclusif -

ELLES ONT UNE VI­SION qui se moque des fron­tières, jouent sur des tem­pos pa­ral­lèles, ali­mentent les ré­seaux so­ciaux, mais n’aban­donnent ja­mais les femmes et les hommes de chair et d’os. Ro­dée à la prise de pa­role, aux échecs qu’on uti­lise pour mieux re­bon­dir, cette gé­né­ra­tion d’en­tre­pre­neures, sou­vent ul­tra-di­plô­mée, veut ac­cor­der ses pas­sions avec une cer­taine beau­té du monde.

LUCILE BATTAIL

À 6 ANS, ELLE FABRIQUAIT DES POTIONS DANS SON JAR­DIN. À 28, doc­teur en phar­ma­cie et di­plô­mée de HEC, la jeune pas­sion­née ré­in­vente le cir­cuit court de la cos­mé­to. En deux ans, Lucile Battail a trou­vé des in­ves­tis­seurs fiables, créé sa marque de soins sains, ef­fi­caces et éco-friend­ly, conçu un sys­tème de diag­nos­tic de peau poin­tu mais simple et non an­xio­gène, bre­ve­té un pro­cé­dé d’émul­sion à froid qui pré­serve l’ac­ti­vi­té des in­gré­dients et évite les conser­va­teurs, ou­vert un site mar­chand et une bou­tique à Pa­ris avec un mi­ni-la­bo, bi­jou de haute-tech­no­lo­gie qui vous concocte votre crème sur me­sure en quinze mi­nutes (11, rue Ma­dame, 75006 Pa­ris. www.la­bote.pa­ris). On a tes­té. Elle mé­rite de ga­gner les pro­chaines ba­tailles.

ANAÏS BARUT

ELLE RÉ­VO­LU­TIONNE LE DIAG­NOS­TIC DES CAN­CERS DE LA PEAU. À 24 ans, la fon­da­trice et CEO de Da­mae Medical in­carne cette nou­velle vague de start-up­pers do­tés d’une conscience so­ciale ai­guë. Di­plô­mée de HEC et de l’Ins­ti­tut d’Op­tique Gra­duate School, Anaïs Barut va com­mer­cia­li­ser en 2018 un ap­pa­reil in­no­vant pour dé­pis­ter les can­cers de la peau de ma­nière pré­cise, non in­va­sive et sans re­cours aux biop­sies. Pour son la­bo­ra­toire, ins­tal­lé sur le pla­teau de Sa­clay, elle a le­vé 2 mil­lions d’eu­ros. Et col­lec­tionne les ré­com­penses : MIT, Concours mon­dial d’in­no­va­tion, prix EDF Pulse, prix Clé­men­tine dé­cer­né par la mai­son de cham­pagne Veuve Clic­quot… En dé­tec­tant pré­co­ce­ment les can­cers de la peau, par­mi les plus fré­quents en France avec 60 000 nou­veaux cas chaque an­née, son pro­jet pour­rait sau­ver des mil­liers de vies.

CLÉ­MEN­TINE CHAMBON

DÉMOCRATISER L’AC­CÈS AUX ÉNER­GIES VERTES, voi­là le com­bat de Clé­men­tine Chambon. En 2014, cette in­gé­nieur fran­co-al­le­mande en chi­mie et en bio­éner­gie, for­mée à l’uni­ver­si­té de Cam­bridge et à Ber­ke­ley, co­fonde, avec Amit Sa­rao­gi, l’en­tre­prise so­ciale Oor­ja, qui si­gni­fie « éner­gie », en hin­di. Le but ? Construire des pe­tites sta­tions d’éner­gies hy­brides, du­rables et peu chères, fonc­tion­nant avec un mix de so­laire et de bio­masse, pour élec­tri­fier des vil­lages en zones ru­rales en Inde. Prix MIT 2016, clas­sée par Forbes par­mi les 30 Un­der 30 (po­ten­tiels fu­turs lea­ders eu­ro­péens), Clé­men­tine, 24 ans, in­carne cette nou­velle vague de scien­ti­fiques hu­ma­nistes, en­ga­gés pour la pla­nète et por­teurs de

so­lu­tions (www.oor­ja­so­lu­tions.org).

ALEXAN­DRA VAN HOUTTE

UTI­LI­SER LES OU­TILS NU­MÉ­RIQUES avec brio est évi­dem­ment une des clés du suc­cès. Ain­si, Alexan­dra Van Houtte, 27 ans, a créé en 2016 le site Tag­walk, sorte de Google de la mode, dont le nom s’est ré­pan­du comme une traî­née de poudre. Un buzz jus­ti­fié tant ce mo­teur de re­cherche de dé­fi­lés, ac­ces­soires et street style as­tu­cieu­se­ment pen­sé par mots-clés est le pre­mier du genre, fa­ci­li­tant en un temps re­cord les re­cherches fas­ti­dieuses des pro­fes­sion­nels et pas­sion­nés de prêt-à-por­ter. Signe du suc­cès : le sou­tien fi­nan­cier de Car­men Bus­quets, l’entrepreneure et émi­nence grise du bu­si­ness mode en ligne (Net-APor­ter et Mo­da Ope­ran­di). « J’ai­me­rais vrai­ment de­ve­nir la ré­fé­rence du mo­teur de re­cherche dans la mode », confie l’am­bi­tieuse et in­gé­nieuse sty­liste et entrepreneure fran­co-an­glaise.

MAR­JO­LAINE GRON­DIN

EN­FIN, POUR DÉ­NI­CHER UN ROOFTOP, une ex­po gé­niale ou un ap­part pas cher, le chat­bot Jam sim­pli­fie la vie de près de 100 000 étu­diants. Cet as­sis­tant per­son­nel, conçu à base d’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle et dis­po­nible vingt-quatre heures sur vingt­quatre sur Mes­sen­ger, a sur­gi dans la tête bien faite de Mar­jo­laine Gron­din, 27 ans, di­plô­mée de Sciences Po, de HEC et de l’uni­ver­si­té de Ber­ke­ley. Prix MIT 2016, Mar­jo­laine a le­vé 1 mil­lion d’eu­ros et vient d’in­té­grer la pre­mière pro­mo­tion du Fa­ce­book Ga­rage, à l’in­cu­ba­teur Sta­tion F. Son pro­chain dé­fi ? Faire gran­dir Jam en mé­dia per­son­na­li­sé et in­time, pour qu’il de­vienne le fer de lance de l’In­ter­net conver­sa­tion­nel, la pro­chaine grande ré­vo­lu­tion

di­gi­tale (www.hel­lo­jam.fr).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.