Les coups de coeur de Ken­zo Ta­ka­da.

Madame Figaro - - Sommaire/Madame Figaro -

SON DE­SI­GNER YVES SAINT LAURENT

« J’ai tou­jours été un grand fan. Dès qu’il a ou­vert sa pre­mière bou­tique, à Pa­ris, je m’y suis of­fert une sa­ha­rienne et des vestes, dont une en sa­tin rose. » SON AR­TISTE

LE DOUANIER ROUS­SEAU

« Je l’ai dé­cou­vert au Louvre, le pre­mier mu­sée que j’ai vi­si­té quand je suis ar­ri­vé à Pa­ris. » SON INS­PI­RA­TION LA NA­TURE ET LES FLEURS « Et aus­si le Ja­pon, où je suis né. Mes ra­cines m’in­fluencent beau­coup dans mon tra­vail. » Is­ty­listes l est l’un des pre­miers

ja­po­nais à avoir ten­té sa chance à Pa­ris. Pas­sion­né par la mode, il aban­donne ses études de langues pour in­té­grer la pres­ti­gieuse école Bun­ka Fa­shion Col­lege, à To­kyo, qui ouvre pour la pre­mière fois ses portes aux élèves mas­cu­lins. En 1965, il vi­site la France et s’y ins­talle, to­ta­le­ment conquis. Il gagne sa vie en fai­sant des des­sins pour des marques de prêt-à-por­ter et des bu­reaux de style. Puis il ouvre sa bou­tique en 1970, ga­le­rie Vi­vienne : son style no­va­teur l’amène très vite au suc­cès. Au­jourd’hui, Ken­zo Ta­ka­da se consacre au de­si­gn et vient de si­gner une col­lec­tion pour la marque fran­çaise Roche Bo­bois. SES DER­NIÈRES CRÉA­TIONS POUR ROCHE BO­BOIS Une col­lec­tion de tis­sus et de cé­ra­miques. « Je me suis ins­pi­ré des mo­tifs des ki­mo­nos an­ciens et, sur­tout, des tis­sages uti­li­sés pour le théâtre de nô, que j’ai re­co­lo­riés en­tiè­re­ment. » SON AR­CHI­TECTE ED­WARD TUTTLE

« C’est le nou­veau Frank Wright. J’aime son iden­ti­té forte (ci-des­sus, le re­sort Aman­pu­ri, en Thai­lande). »

SON CA­DEAU IDÉAL DES CÉ­RA­MIQUES

« No­tam­ment les pièces de l’ar­tiste ja­po­naise Shô­ko Koike (ci-contre). Ou, par­fois, j’opte pour un jo­li vê­te­ment ou un ki­mo­no. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.