DES MO­TI­VA­TIONS MUL­TIPLES

Magicmaman - - Beauté -

« Vou­loir que son pe­tit en­fant soit man­ne­quin et ex­po­sé n’est pas for­cé­ment quelque chose de na­tu­rel. Un pa­rent va plu­tôt se pla­cer de ma­nière in­née dans une po­si­tion de pro­tec­tion », es­time Florent Millot, psy­cho­logue. Notre so­cié­té – où l’on (sur)ex­pose sa vie pri­vée, avec no­tam­ment l’avè­ne­ment des ré­seaux so­ciaux – a pour­tant conduit à dé­com­plexer de plus en plus de pa­rents. Emi­lie, ma­man de Léo, qui a po­sé pour le ca­ta­logue d’une marque de vê­te­ments pour en­fants, avance des rai­sons fi­nan­cières. « Tout le monde nous di­sait que notre en­fant était vrai­ment mi­gnon. En tant que pa­rents, on voit tou­jours nos lou­lous comme très beaux, mais à force d’in­sis­tance de la part de notre en­tou­rage, on s’est dit “pour­quoi pas ?” Ce se­ra le moyen de mettre de l’ar­gent de cô­té pour plus tard », ex­plique-t-elle. C’est d’ailleurs l’une des mo­ti­va­tions prin­ci­pales des pa­rents, qui y voient un moyen as­sez fa­cile d’épar­gner pour l’ave­nir de leur en­fant. En ef­fet, même mi­neurs, les man­ne­quins doivent être ré­tri­bués car il s’agit d’une mis­sion de tra­vail à part en­tière. Toutes les séances pho­to sont ain­si payées deux heures au mi­ni­mum : 90 % de la somme est dé­po­sée sur un compte blo­qué au nom de l’en­fant à la Caisse des dé­pôts et consi­gna­tions – il pour­ra l’uti­li­ser à sa ma­jo­ri­té – et les autres 10 % sont re­mis aux pa­rents pour com­pen­ser no­tam­ment les frais de trans­port. « C’est aus­si un moyen de conser­ver de beaux sou­ve­nirs de nos en­fants sans avoir à se rui­ner avec un pho­to­graphe », ra­joute Claire, l’une des ma­mans ren­con­trées lors d’un shoo­ting pour notre ma­ga­zine. Ce­pen­dant, beau­coup de pa­rents vont sur­tout cher­cher une quête de re­con­nais­sance par pro­cu­ra­tion. « Par­mi ceux qui ins­crivent leurs en­fants à des cas­tings, nom­breux vont en ef­fet pro­je­ter sur eux leurs en­vies car cet uni­vers les fait rê­ver. Ils vont en quelque sorte pou­voir bé­né­fi­cier de cette lu­mière par ef­fet de re­bond. Ils ont cette fier­té que leur en­fant soit beau et qu’il soit re­con­nu comme tel, aux yeux de tous, et ex­po­sé. C’est très nar­cis­sique », avance la psy­cho­logue.

S’AS­SU­RER QUE SON EN­FANT EST À L’AISE

« Il est donc im­por­tant de sa­voir si on le fait pour soi ou pour son en­fant. D’ailleurs, quand il est en âge de com­prendre, il est im­por­tant de lui de­man­der son avis sur la ques­tion et de bien lui ex­pli­quer qu’il s’agit d’un mé­tier, avec ses contraintes et ses dif­fi­cul­tés », rap­pelle Flo­rence Millot. « Ce­la peut être ame­né comme un jeu : les en­fants adorent sou­vent po­ser pour des pho­tos. Mais ce n’est pas le même contexte quand il y a une ar­mée de pro­fes­sion­nels au­tour de soi », ajoute-t-elle. Faites donc le test à la mai­son avant de vous lan­cer. Faites jouer à votre en­fant des rôles de­vant l’ap­pa­reil pho­to et de­man­dez-lui éga­le­ment de prendre des pho­tos de vous à son tour. Ce­la l’ai­de­ra à mieux cer­ner quelle image il vé­hi­cule quand il se re­trouve en po­si­tion de mo­dèle. Vous pou­vez aus­si pro­po­ser à des amis à vous de ve­nir pour dé­cou­vrir comme il ré­agit en pré­sence d’un cercle moins proche. « Cer­tains en­fants aiment na­tu­rel­le­ment être sous le feu des pro­jec­teurs, à l’ins­tar d’une Mi­ley Cy­rus ou d’une Brit­ney Spears. Ils l’ont en eux. Mais ce­la reste des cas rares », sou­ligne la psy­cho­logue.

Y A-T-IL DES RISQUES POUR L’EN­FANT ?

Dès leur en­fance, ces jeunes man­ne­quins vont être com­pli­men­tés pour leur beau­té et on les sol­li­cite pour leur image. Le risque est donc qu’ils s’en­ferment dans ce rôle et qu’ils ne s’es­timent pas pour autre chose que ce à quoi ils res­semblent. « Com­ment faire pour exis­ter si on ne me re­garde pas ? » Ce­la se vé­ri­fie no­tam­ment quand les pa­rents sont su­rin­ves­tis dans leur réus­site : leurs ap­pren­tis man­ne­quins vont avoir peur de les dé­ce­voir au moindre échec à un cas­ting. Ou lorsque cer­tains en­fants, ado­rables quand ils sont très jeunes,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.