Un vi­rUs qUi passe in­aper­çU...…

Magicmaman - - Beauté -

Les pa­rents qui ont été confron­tés au cy­to­mé­ga­lo­vi­rus (CMV) sont tous tom­bés de très haut. Pour­quoi n’avaien­tils ja­mais en­ten­du par­ler de ce vi­rus ? Pour­quoi ne les a-ton pas sen­si­bi­li­sés pen­dant la gros­sesse ? En at­ten­dant que le dé­pis­tage de­vienne sys­té­ma­tique, la pré­ven­tion peut sau­ver des bé­bés, et évi­ter à des fa­milles de vivre dans l’in­com­pré­hen­sion et la co­lère. Mais au fait, c’est quoi le CMV ? « Il s’agit de l’in­fec­tion foe­tale congé­ni­tale la plus fré­quente dans les pays in­dus­tria­li­sés. C’est un vi­rus très ba­nal (qui ap­par­tient à la fa­mille des her­pès­vi­rus), qui peut pas­ser tout à fait in­aper­çu chez l’en­fant ou l’adulte et qui est très cou­rant dans la po­pu­la­tion », ex­plique la Dre Ma­rianne Le­ruez-Ville, mé­de­cin vi­ro­logue, res­pon­sable du Centre na­tio­nal de ré­fé­rence CMV as­so­cié, hô­pi­tal Ne­cker-En­fants-ma­lades. En pra­tique, ce­la va don­ner lieu à une in­fec­tion tout à fait or­di­naire, comme un syn­drome grip­pal ou une fatigue. S’il n’est pas dan­ge­reux en soi pour la femme en­ceinte, il peut en re­vanche l’être pour le foe­tus car le CMV peut être trans­mis in ute­ro par le pla­cen­ta. Mais si une fu­ture ma­man attrape le CMV, son foe­tus ne se­ra pas for­cé­ment in­fec­té. Et s’il l’est, il n’au­ra pas for­cé­ment des sé­quelles. En France, 0,3 % des bé­bés naissent in­fec­tés (en­vi­ron 3 pour 1 000) et 15 % ont des sé­quelles moyennes à graves : sur­di­té, sé­quelles neu­ro­lo­giques d’im­por­tance va­riable, re­tards de crois­sance…

... par­fois même après la nais­sance

Quand le CMV n’a pas été dé­tec­té du­rant la gros­sesse de la ma­man et qu’il n’y a pas de signes qui sautent aux yeux à la nais­sance, il peut pas­ser in­aper­çu car cer­tains bé­bés naissent sans au­cun symp­tôme et dé­ve­loppent en­suite des sé­quelles. Ce­la a été le cas pour la fille d’Anne-He­lène La­bis­sy*, qui a dé­cou­vert que sa fille était in­fec­tée quatre mois et de­mi après sa nais­sance. « Mon in­fec­tion était pré­con­cep­tion­nelle, c’est-à-dire que j’ai

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.