Mon pre­mier est in­ter­dit en France, mon se­cond dis­po­nible

Magicmaman - - Notre grand dossier -

Le test PGS (preim­plan­ta­tion ge­ne­tic scree­ning) est une tech­nique de sé­lec­tion de l’em­bryon qui consiste à n’im­plan­ter que ce­lui ne pré­sen­tant pas d’ano­ma­lie chro­mo­so­mique. En ef­fet, plus de 60 % des em­bryons trans­fé­rés dans l’uté­rus ma­ter­nel dans le cadre d’une AMP ont des ano­ma­lies gé­né­tiques ou sont non viables. Mal­heu­reu­se­ment, le diag­nos­tic pré-im­plan­ta­toire ou DPI n’est au­to­ri­sé en France que lorsque le père/la mère risque de trans­mettre à son en­fant une ma­la­die gé­né­tique grave.Au­to­ri­sé en Es­pagne, en Ita­lie, en Gran­deB­re­tagne et aux Etats-Unis, il per­met d’évi­ter échecs d’im­plan­ta­tion, fausses couches et IMG.

Le test ERA (En­do­me­trial Re­cep­ti­vi­ty Area) per­met d’éva­luer la ré­cep­ti­vi­té de l’en­do­mètre (grâce à une biop­sie puis à l’ana­lyse de l’ex­pres­sion de quelque 300 gènes) à re­ce­voir un em­bryon. En fonc­tion des ré­sul­tats, il per­met de sé­lec­tion­ner la « bonne » fe­nêtre d’im­plan­ta­tion et de trans­fé­rer l’em­bryon au mo­ment ou l’en­do­mètre (la mu­queuse qui ta­pisse l’uté­rus) est prêt à le re­ce­voir afin d’aug­men­ter les chances de gros­sesse. Le test ERA est des­ti­né aux femmes qui ren­contrent des échecs de FIV suc­ces­sifs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.