De Saint-ma­lo à l’es­tuaire de la Rance

MAI­SONS D’AR­MA­TEURS ET DE PÊ­CHEURS

Maison et Travaux - - La Maison Dans Sa Région -

Bâ­tie der­rière d’épais rem­parts, cer­née par la mer, la ci­té de Saint-Ma­lo exer­ça son pou­voir sur le monde ! In­dé­pen­dants et en­tre­pre­nants, ses ha­bi­tants ont, dès le XIIe siècle, dé­lais­sé leurs fi­lets pour conduire les croisés en Orient. Do­tée de fran­chises, Saint-Ma­lo af­firme sa vo­ca­tion ma­ri­time, com­mer­çant épices, huile et toiles, se lan­çant à la conquête de terres loin­taines (en 1534, Jacques Car­tier dé­couvre le Ca­na­da), or­ga­ni­sant les cam­pagnes de pêche à la mo­rue vers Ter­reNeuve... En 1590, la bour­geoi­sie d’af­faires re­fu­sant de se sou­mettre au roi pro­tes­tant Hen­ri IV érige même la ci­té en ré­pu­blique ! De­ve­nue pre­mier port de France, elle traite sur un pied d’éga­li­té avec les ban­quiers de Louis XIV – sou­cieux de ren­flouer les caisses vi­dées par les guerres. Ville de cor­saires, au XVIIIe siècle, elle pra­tique la « guerre de course » et s’em­pare, sur ordre du roi, de la flotte mar­chande an­glaise. C’est l’ère des écu­meurs de mer dont Surcouf est la fi­gure my­thique. Dé­truite en 1944, à l’ex­cep­tion de ses rem­parts, Saint-Ma­lo a été en grande par­tie re­cons­truite à l’iden­tique.

Hô­tels par­ti­cu­liers et ma­loui­nières

De 1710 à 1740, les ar­ma­teurs ma­louins font bâ­tir leurs hô­tels par­ti­cu­liers. Pré­cé­dé d’une cour d’hon­neur et ou­vert sur un jar­din, l’hô­tel ma­louin as­sure plu­sieurs fonc­tions dont re­flé­ter le rang so­cial et of­frir un cadre de ré­cep­tion et de né­go­cia­tions com­mer­ciales. Édi­fiés en pierre de taille, ils dressent d’im­po­santes fa­çades à deux ou trois étages, ajou­rées de baies sy­mé­triques que cou­ronne une toi­ture d’ar­doises, haute et pen­tue, d’où s’élancent de puis­santes souches de che­mi­née. Conçues par tra­vées, les fa­çades sont ryth­mées de ban­deaux de sé­pa­ra­tion qui dis­so­cient les étages et tem­pèrent l’aus­té­ri­té du gra­nit. Des bal­cons en fer for­gé at­té­nuent l’or­don­nance sé­vère des ap­pa­reillages. Cer­tains ar­ma­teurs pré­fèrent s’éta­blir dans l’ar­rière-pays. Ces « Mes­sieurs de SaintMa­lo » y font bâ­tir les « ma­loui­nières ». Rec­tan­gu­laires, elles s’étirent sur trois à sept tra­vées, et s’élèvent sur deux ni­veaux, lais­sant de­vi­ner de grands vo­lumes. Clas­siques ( XVIIeXVIIIe siècles), elles montrent une sy­mé­trie des baies, des chaînes d’angle, des lu­carnes à fron­ton... Un avant-corps cen­tral, à pans cou­pés ou en de­mi-cercle, pré­cé­dé d’un per­ron forme par­fois une élé­gante en­trée.

3

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.