100 % na­ture

Maison et Travaux - - Dossier -

La so­lu­tion la plus chère est aus­si la plus contrai­gnante en terme d’ins­tal­la­tion. La mise en place d’une chau­dière à gra­nu­lés de bois re­quiert de l’es­pace, no­tam­ment pour le sto­ckage du bio­com­bus­tible (4 à 5 tonnes en moyenne pour une an­née de consom­ma­tion) à pré­voir à proxi­mi­té de la rue. Ces dif­fi­cul­tés le­vées, ce chauf­fage au­to­ma­tique au bois pos­sède de nom­breux atouts : il est 100 % re­nou­ve­lable (si l’on ex­cepte la consom­ma­tion d’élec­tri­ci­té, mi­nime, pour l’ali­men­ta­tion et la ré­gu­la­tion de la chau­dière) ; son com­bus­tible est bon mar­ché et à un prix re­la­ti­ve­ment stable (c’est, avec l’en­vi­ron­ne­ment, l’ar­gu­ment qui a dé­ci­dé le pro­prié­taire de cette der­nière mai­son si­tuée en Île-de-France) ; son confort d’usage est com­pa­rable aux chau­dières gaz ou fioul.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.