À chaque type de conduit, son tu­bage

Maison et Travaux - - Dossier -

Pour les conduits dé­voyés, on uti­lise un tu­bage flexible à double peau en Inox (deux feuillards d’Inox en­rou­lés et ser­tis l’un sur l’autre), que l’on in­sère sur toute sa lon­gueur dans le bois­seau exis­tant. Pour les conduits ma­çon­nés droits, on uti­lise un dou­blage rigide simple pa­roi en Inox, spé­cia­le­ment adap­té pour ce type d’uti­li­sa­tion. La sec­tion du conduit doit être adap­tée à l’in­sert. Autre vé­ri­fi­ca­tion : veiller à ce que le conduit de fu­mée soit à dis­tance ré­gle­men­taire de tout élé­ment com­bus­tible (une poutre en bois, par exemple). « Cette dis­tance de sé­cu­ri­té, fixée dans le DTU 24.1 (règles de poses), dé­pend de la ré­sis­tance

ther­mique des conduits. Dans la plu­part des cas, elle est de 8 cm entre les élé­ments com­bus­tibles et l’ex­té­rieur du conduit », in­dique Fran­cis Cant, res­pon­sable des ventes chez Pou­jou­lat. Pour les tra­ver­sées de plan­cher bois, il peut ain­si être né­ces­saire de créer un che­vêtre et de pré­voir un iso­lant dans l’es­pace va­cant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.