Construire au­jourd’hui EN IN­TER­PRÉ­TANT L’AR­CHI­TEC­TURE TRA­DI­TION­NELLE

Dans ce pro­jet contem­po­rain, l’ar­chi­tecte Sté­phane Goas­mat pro­pose une dé­cli­nai­son des vo­lu­mé­tries tra­di­tion­nelles et ré­in­ter­prète le mas cé­ve­nol. Les ma­té­riaux de fa­çade res­tent en ac­cord avec la pierre grise uti­li­sée dans la ré­gion.

Maison et Travaux - - La Maison Dans Sa Région -

Qu’est-ce qui ca­rac­té­rise les mas tra­di­tion­nels de cette par­tie des Cé­vennes ?

Les mas cé­ve­nols, comme sou­vent l’ar­chi­tec­ture ver­na­cu­laire, dé­ve­loppent une grande in­tel­li­gence d’adap­ta­tion au site : des vo­lumes hauts et étroits, bâ­tis sur le ro­cher pour épar­gner les terres arables, une im­plan­ta­tion ri­gou­reu­se­ment dé­fi­nie par la pente, qui est amé­na­gée en ter­rasses – ap­pe­lées ici « faïsses » ou « ban­cels » –, une mul­ti­pli­ca­tion des plain-pied avec le ter­rain na­tu­rel. Ar­chi­tec­ture sobre et aus­tère – on est ici en pays pro­tes­tant –, bâ­tie dans une éco­no­mie de gestes et de ma­té­riaux. On uti­lise la pierre sombre et des bois d’oeuvre de por­tée li­mi­tée. Dans le coeur des Cé­vennes et ses val­lées de schiste noir, les mai­sons at­teignent une grande abs­trac­tion vo­lu­mé­trique avec des murs et des toits de lauzes, construits dans un ma­té­riau unique.

Dans ce pro­jet par­ti­cu­lier, quels sont les prin­ci­paux traits cé­ve­nols ?

La mai­son de Mey­rannes re­prend ces dis­po­si­tifs ma­jeurs de l’ar­chi­tec­ture cé­ve­nole. L’im­plan­ta­tion dans la pente, en équerre au­tour d’un grand chêne, per­met de dis­po­ser toutes les pièces de rez-de­chaus­sée avec un ac­cès ex­té­rieur sur chaque ban­cel (ou ter­rasse). Des vo­lumes hauts et étroits, une cer­taine aus­té­ri­té. Mais elle en pro­pose une vi­sion contem­po­raine, adap­tée aux be­soins ac­tuels, no­tam­ment en termes de vue et de lu­mière. Chaque es­pace cadre des vues spé­ci­fiques sur l’ex­té­rieur, as­su­rant une qua­li­té de lu­mière avec une im­pres­sion d’être en­tou­ré de na­ture.

Quels sont les ma­té­riaux ici mis en oeuvre ?

Nous avons uti­li­sé un ma­té­riau unique en fa­çade, sombre et aus­tère, qui confère à l’en­semble une cer­taine abs­trac­tion. Il s’agit d’un par­paing gris, hy­dro­fuge, des­ti­né à res­ter ap­pa­rent. Il est pro­duit près du pont du Gard. Uti­li­sé dans une ver­sion tex­tu­rée, il ac­croche la lu­mière ra­sante comme les moel­lons de pierre na­tu­relle des bâ­tisses de la ré­gion. Les plan­chers consti­tuent le se­cond élé­ment de com­po­si­tion : la sous­face est réa­li­sée avec des poutres en mé­tal et des pan­neaux de bois OSB. Au-des­sus, des ter­rasses com­por­tant une mem­brane d’étan­chéi­té sous un pla­te­lage bois ont été réa­li­sées par les pro­prié­taires. Les ma­té­riaux ont été choi­sis se­lon la même éco­no­mie de moyens et de gestes des an­ciens.

Qu’en est-il du bud­get ?

Lors­qu’elle a été construite, en 1995, cette mai­son était une ré­ponse éco­no­mique. Le plus im­por­tant est qu’elle of­frait, à coût égal par rap­port à ce qui était pro­duit alen­tour, des ni­veaux de qua­li­té bien su­pé­rieurs !

L’ATE­LIER GA STÉ­PHANE GOAS­MAT,

AR­CHI­TECTE 211, GRAND’RUE 30270 SAINT-JEAN

DU- GARD WWW.ATELIERGA.COM

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.