Le par­quet, un in­ves­tis­se­ment à long terme

Maison et Travaux - - Face a Face - AU­RÉ­LIE BRUN­NER, chef pro­duits par­quets et lam­bris, La­peyre

« Le par­quet, outre son es­thé­tique unique – sur ce plan, les Fran­çais sont très at­ta­chés au chêne –, a pour avan­tage prin­ci­pal la du­ra­bi­li­té. Il est taillé dans la masse et bé­né­fi­cie d’une couche d’usure im­por­tante qui au­to­rise de nom­breuses ré­no­va­tions. De son cô­té, le contre­col­lé a une du­ra­bi­li­té un peu in­fé­rieure mais pré­sente une plus grande sta­bi­li­té. En fait, le par­quet, mas­sif ou contre­col­lé, c’est un in­ves­tis­se­ment à long terme, voire à très long terme. »

Avec une épais­seur de 12 mm, une couche d’usure

de 4 mm, une fi­ni­tion en teck pré-hui­lé et des joints in­té­grés « pont de ba­teau », ce par­quet n’a pas peur de la salle de bains. Par­quet mas­sif « Co­lo­nie Pont de Ba­teau », 129 € TTC/m2.

LA­PEYRE.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.