Le re­nou­veau d’une ferme ma­noir

Maison et Travaux - - La Maison Dans Sa Région - Texte : So­phie Gia­gno­ni. Pho­tos : An­to­nio Duarte.

For­ti­fiée, or­don­née au­tour d’une cour au­tre­fois fer­mée, cette mo­nu­men­tale ferme ma­noir, édi­fiée entre les XVIe et XVIIIe siècles, vient de su­bir une ré­no­va­tion to­tale. Des tra­vaux qui ont su pré­ser­ver son as­pect d’an­tan tout en em­bras­sant une es­thé­tique très ac­tuelle.

L’ ha­bi­ta­tion date du XVIe siècle, les granges et autres bâ­ti­ments agri­coles sont plus ré­cents, cer­tains ont été bâ­tis au XVIIIe siècle. Tous sont or­don­nés au­tour d’une cour fer­mée à la­quelle on ac­cède par un porche mo­nu­men­tal. L’en­semble, de très belle fac­ture, a été construit en moel­lons de pays, de type cal­caire ocre-beige, en­duits à pierres vues d’un mor­tier de chaux. La fa­çade du lo­gis se dis­tingue des autres bâ­ti­ments grâce à ses riches mo­dé­na­tures en pierre de taille. À l’ori­gine, une cha­pelle de­vait agré­men­ter l’en­semble. Elle a vrai­sem­bla­ble­ment été trans­for­mée, au cours des siècles, en bâ­ti­ment agri­cole et a ain­si pro­gres­si­ve­ment per­du ses signes dis­tinc­tifs. Bon an, mal an, au prix de quelques autres des­truc­tions mi­neures, l’en­semble a tra­ver­sé les époques. Ayant per­du tout usage de­puis les an­nées 1980, les bâ­ti­ments agri­coles n’étaient ce­pen­dant plus guère en­tre­te­nus, lorsque Su­san­na et Kons­tan­tin Falk s’y sont ins­tal­lés en 2005. L’ha­bi­ta­tion souf­frait d’un cloi­son­ne­ment ou­tran­cier qui avait frac­tion­né ses beaux vo­lumes en une mul­ti­tude de pe­tites pièces, d’une ins­tal­la­tion élec­trique de­ve­nue dan­ge­reuse à force d’être désuète et de bien d’autres maux. À l’is­sue d’un ti­ta­nesque chan­tier de ré­no­va­tion, ses nou­veaux pro­prié­taires

sont par­ve­nus à faire re­naître ce mer­veilleux en­semble, en re­le­vant cette ga­geure in­croyable : ne rien sa­cri­fier de son ap­pa­rence his­to­rique tout en l’ins­cri­vant avec force dans notre siècle, qu’il est in­con­tes­ta­ble­ment pa­ré pour tra­ver­ser. Une réus­site dont tout un cha­cun peut do­ré­na­vant pro­fi­ter en sé­jour­nant dans leur chambre d’hôte, la­bel­li­sée cinq épis aux Gites de France. Re­struc­tu­ra­tion to­tale Il au­ra fal­lu quelque dix an­nées de tra­vaux à Su­san­na et Kons­tan­tin Falk pour par­ve­nir à ce ré­sul­tat. Après un long et la­bo­rieux chan­tier de cinq an­nées dans leur mai­son d’ha­bi­ta­tion, ils se sont lan­cés, en 2010, dans la ré­no­va­tion des an­ciennes bâ­tisses agri­coles pour créer une grande salle de ré­cep­tion et quatre ma­gni­fiques chambres d’hôte, dont la plus pe­tite couvre 50 m2 et la plus vaste 110 m2 ! Sur l’en­semble des bâ­ti­ments, toutes les cou­ver­tures en ar­doises ont été re­faites, une par­tie de la char­pente éga­le­ment, of­frant l’oc­ca­sion d’in­tro­duire une iso­la­tion cons­ti­tuée de 20 cm de laine de chanvre glis­sés entre ses che­vrons. Dé­crou­tés et sa­blés dans toutes les bâ­tisses, les murs ma­çon­nés ont en­suite fait l’ob­jet de trai­te­ments dif­fé­rents de l’une à l’autre. Dans la plu­part, ils ont été dou­blés par un épais en­duit à la chaux, qui contri­bue à leur iso­la­tion en ren­for­çant leur iner­tie, mais aus­si leur so­li­di­té. Dans le bâ­ti­ment agri­cole qui abrite les chambres d’hôtes, la so­li­di­té des ma­çon­ne­ries a éga­le­ment pro­fi­té de la réa­li­sa­tion d’une chape en bé­ton fer­raillée avec treillis et chai­nage au pre­mier étage. En­gra­vée dans les murs, cette dalle a so­li­di­fié leur co­hé­sion. Celle- ci est par ailleurs ren­for­cée de plu­sieurs IPN, dont la pré­sence était ren­due né­ces­saire par le poids des murs éle­vés à l’étage. Quoique peu nom­breux, ceux- ci ont été mon­tés en par­paing de 20 cm

Il au­ra fal­lu une di­zaine d’an­nées de tra­vaux pour ra­ni­mer et mo­der­ni­ser cette de­meure his­to­rique... en pré­ser­vant son âme

1.

Au­tre­fois à usage agri­cole, ce bâ­ti­ment aux sols en terre bat­tue n’avait plus de fe­nêtre au mo­ment de son ac­qui­si­tion par Su­san­na et Kons­tan­tin. Une étable pour les mou­tons, une autre pour les vaches, des re­mises pour les ou­tils et des gre­niers pour le foin et les grains se par­ta­geaient l’es­pace. Pour les adap­ter à des fonc­tions d’ha­bi­ta­tion, ses fa­çades ont dû être per­cées de mul­tiples ou­ver­tures qui ar­borent des en­ca­dre­ments contem­po­rains réa­li­sés en bé­ton ar­mé peints en blancs ; les­quels se ma­rient avec les ma­çon­ne­ries an­ciennes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.