Au­then­ti­ci­té re­trou­vée

pour une vé­né­rable mai­son de vil­lage

Maison et Travaux - - La Maison Dans Sa Région - Texte : So­phie Gia­gno­ni. Pho­tos : An­to­nio Duarte.

Si­tuée dans la val­lée du Neb­bio, à San­to-Pie­tro-di-Ten­da, cette mai­son de vil­lage du XIXe siècle a fait l’ob­jet d’une ré­no­va­tion ré­cente qui a mis en va­leur ses ma­té­riaux d’ori­gine, ty­pi­que­ment lo­caux. Une dé­marche très ac­tuelle, voire mo­derne...

La mai­son date du XIXe siècle. Mas­sive, const ruite en pierres de schiste mon­tées au mor­tier maigre, elle se dé­ploie sur trois ni­veaux qui couvrent au to­tal 160 m2. Au­tre­fois, la sur­face était di­vi­sée en huit lots dis­tincts, qui dis­po­saient cha­cun d’une en­trée in­dé­pen­dante. Bâ­tie sur un ter­rain en pente, la mai­son dis­pose, en ef­fet, de plu­sieurs ac­cès de plain-pied pour ses deux ni­veaux in­fé­rieurs. À l’ex­cep­tion d’une chambre qui conti­nue d’ou­vrir de ma­nière in­dé­pen­dante sur le jar­din, les sept autres lots sont réunis dans une ha­bi­ta­tion unique. De cette dis­po­si­tion ori­gi­nelle, la mai­son conserve néan­moins une cer­taine pro­pen­sion à fa­vo­ri­ser l’in­ti­mi­té de ses oc­cu­pants.

État des lieux

Au cours des deux der­nières dé­cen­nies, la de­meure a plu­sieurs fois chan­gé de pro­prié­taires, qui ont tous me­nés des tra­vaux de ré­no­va­tion. Quand Sté­phane et Cé­cile l’ont ac­quise, il y a un an, la bâ­tisse était ain­si en bon état. L’élec­tri­ci­té et la plom­be­rie étaient neuves, l’as­sai­nis­se­ment des eaux usées avait éga­le­ment été re­fait sous la forme d’une fosse « toutes eaux » ; tous les cloi­son­ne­ments et toutes les cir­cu­la­tions exis­taient. Les tra­vaux à ve­nir re­le­vaient donc es­sen­tiel­le­ment

de l’en­tre­tien et de l’em­bel­lis­se­ment. Dans la pre­mière ca­té­go­rie, il s’est agi, par exemple, de re­voir quelques pro­blèmes d’éva­cua­tion liés à la co­lo­ni­sa­tion vé­gé­tale d’un pui­sard.

Des ma­té­riaux re­mis à nu

Dans la deuxième ca­té­go­rie, les tra­vaux ont es­sen­tiel­le­ment por­té sur la ré­no­va­tion des ma­té­riaux d’ori­gine. Les lauzes qui ta­pissent le bel es­ca­lier cen­tral ont ain­si été dé­ca­pées à la spa­tule dure pour être dé­bar­ras­sées de dis­gra­cieux joints blancs et de traces de pein­ture. Toutes les portes in­té­rieures, en pin corse, ont éga­le­ment été dé­ca­pées et lais­sées brutes. Cer­taines de ces portes ouvrent sur des pla­cards qui étaient ta­pis­sés de pa­pier peint, le­quel a été ar­ra­ché, ré­vé­lant de belles éta­gères en châ­tai­gnier. Lais­sés ap­pa­rents, les lin­teaux de portes et de fe­nêtres sont éga­le­ment faits dans cette es­sence lo­cale. Dans la cui­sine, un sol en ré­sine rouge a été ar­ra­ché, ré­vé­lant la pré­sence de tom­mettes, dont cer­taines étaient très abî­mées. Le sol pré­sen­tait en outre un im­por­tant dé­ni­ve­lé de 6 cm entre la fe­nêtre et le seuil. Après avoir dé­po­sé pro­pre­ment les tom­mettes, Sté­phane a ef­fec­tué un ra­gréage en cou­lant une chape lé­gère fi­brée entre les so­lives. Sur cette chape, il a en­suite re­po­sé les

Pour pré­ser­ver l’âme de cette cha­leu­reuse mai­son corse, les ma­té­riaux bruts ont été su­bli­més

Les hôtes ap­pré­cie­ront l’at­mo­sphère par­ti­cu­lière de ce gîte co­sy

tom­mettes. Ces der­nières se trou­vant en nombre in­suf­fi­sant, il a réa­li­sé une bande de mor­tier peinte en gris qui dis­pa­raît au­jourd’hui sous l’élec­tro­mé­na­ger.

Des murs rha­billés

Dans la plu­part des pièces de la mai­son, les murs intérieurs ne laissent pas ap­pa­raître les ma­çon­ne­ries de schiste. Celles-ci ont dis­pa­ru sous un en­duit réa­li­sé à l’an­cienne avec du plâtre. Par­ti­cu­liè­re­ment adap­tés aux mai­sons an­ciennes, ces en­duits ont été conser­vés, peints par Sté­phane à l’aide de pein­tures mates co­lo­rées par des pig­ments na­tu­rels lo­caux ache­tés à Fu­ria­ni. Dans les pièces où les ma­çon­ne­ries étaient ap­pa­rentes, celles-ci ont sim­ple­ment été re­join­toyées et re­cou­vertes d’un en­duit af­fleu­rant à la chaux. Dans cet écrin de ma­té­riaux na­tu­rels, sains et lo­caux, Sté­phane et Cé­cile ont amé­na­gé un gîte confor­table, des­ti­né à re­ce­voir huit per­sonnes. De belles sur­faces, les chambres dis­posent toutes de sa­ni­taires in­di­vi­duels avec, no­tam­ment, de belles douches à l’ita­lienne ta­pis­sées, elles aus­si, de ma­té­riaux nobles : pierres de tra­ver­tin pour cer­taines, ar­doises pour une autre Gîte à San­to-Pie­tro-di-Ten­da en Corse. Quatre épis Gîtes de France. Réf. : 58501, à par­tir de 790 eu­ros la se­maine.

1

1

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.