QUELLES PLANTES PRI­VI­LÉ­GIER, QUEL EN­TRE­TIEN.

Maison et Travaux - - Jardin -

Les plantes les plus uti­li­sées dans les bai­gnades na­tu­relles sont les joncs, pe­tits et grands, puis les es­pèces qui fleu­rissent comme les iris des ma­rais, les sa­git­taires, les né­nu­phars, le tha­lia, le pon­té­dé­ria, le myo­so­tis des ma­rais et le po­ta­mo­ge­ton. Mais, se­lon la ré­gion, beau­coup d’autres es­pèces aqua­tiques peuvent élar­gir la gamme. Il faut sim­ple­ment veiller à leur rus­ti­ci­té, c’est-à-dire leur sen­si­bi­li­té ou non au froid. Tou­te­fois, une pa­lette de 10 à 15 plantes suf­fit quand on ne veut pas pas­ser trop de temps à leur en­tre­tien. Par­mi les in­con­tour­nables, le my­rio­phylle par­ti­cipe à l’oxy­gé­na­tion de l’eau et le pe­tit jonc (Jun­cus ef­fu­sus, 40 à 80 cm de haut) se dé­ve­loppe dans très peu d’eau, tout en pos­sé­dant un sys­tème ra­ci­naire im­por­tant, donc in­té­res­sant pour le tra­vail des bac­té­ries. Les es­pèces flot­tantes, comme la lai­tue d’eau et la ja­cinthe d’eau doivent être ré­ser­vées aux bas­sins d’or­ne­ment, car elles n’ont au­cune ac­tion de fil­tra­tion en bai­gnade na­tu­relle et craignent le froid. Dans cette zone de ré­gé­né­ra­tion, il faut di­vi­ser les plantes quand elles prennent trop d’am­pleur, et les rem­pla­cer quand elles se flé­trissent ou meurent. Le but est d’évi­ter qu’il y ait des dé­chets vé­gé­taux se dé­com­po­sant sur place. Mais ce tra­vail de jar­di­nage équi­vaut à amé­lio­rer les plan­ta­tions et le pay­sage aqua­tique. Il fait in­ti­me­ment par­tie du plai­sir de la bai­gnade na­tu­relle avec la­gu­nage.

B.

Bien rus­tique, l’iris des ma­rais se dé­ve­loppe ra­pi­de­ment dans 10 à 40 cm d’eau. B

A.

Les joncs sont les prin­ci­pales es­pèces uti­li­sées dans les sys­tèmes à la­gu­nage, car leurs ra­cines sont très dé­ve­lop­pées. Pour l’or­ne­ment, les né­nu­phars sont pri­vi­lé­giés. A

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.