VINCENT VAL­LÉE,

res­pon­sable sho­wroom de Lit­tle Greene.

Maison et Travaux - - S’inspirer -

Qui dit chambre d’en­fant dit cou­leurs douces...

Pas né­ces­sai­re­ment. Pour un bé­bé, il est sûr que l’en­vie de lui créer un co­con dé­li­cat in­vite à se tour­ner vers les pastels. Mais plus l’en­fant va gran­dir et plus on va s’au­to­ri­ser des cou­leurs fortes et vi­vantes, comme un jaune d’or, un vert pré qui collent à leur cô­té éner­gique, leur ca­rac­tère joyeux. Plus tard, à l’ado­les­cence, on a ten­dance à se tour­ner na­tu­rel­le­ment vers des teintes plus sourdes, des roses ter­reux, des gris bleu­tés.

On ne risque pas de tom­ber dans le cô­té « car­na­val » ?

Non, si on com­mence par choi­sir une cou­leur forte ou un pa­pier peint qui va don­ner le ton de la pièce et que l’on tourne au­tour de cette pro­po­si­tion. On va plu­tôt se li­mi­ter à deux teintes ou jouer sur les in­ten­si­tés d’une même cou­leur. Il ne faut pas ou­blier que d’autres cou­leurs vont ar­ri­ver. Les meubles, les jouets, les pho­tos... sont très pré­sents dans une chambre d’en­fant ou d’ado.

Pas d’in­ter­dits ?

Non, même le noir est au­to­ri­sé pour peu qu’on l’uti­lise en petites touches, sur un pan­neau en ta­bleau pour écrire à la craie quand ils sont pe­tits, ou sur des portes de pla­cards lors­qu’ils sont plus âgés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.