La meu­lière su­bli­mée

Cette meu­lière d’un quar­tier ré­si­den­tiel ver­saillais fait peau neuve en quelques mois pour ac­cueillir Ti­phaine, An­toine et leur pe­tite tri­bu. D’ap­pa­rence tra­di­tion­nelle, elle dé­voile à chaque étage une am­biance contem­po­raine co­lo­rée et gra­phique. Ses comb

Maison et Travaux - - Sommaire - Texte : Pau­line Mal­ras. Pho­tos : An­to­nio Duarte.

La mai­son, dont la construc­tion date de 1915, est à l’abri de la cir­cu­la­tion et bé­né­fi­cie d’un en­vi­ron­ne­ment très ver­doyant. Les fu­turs pro­prié­taires ha­bitent un im­meuble tout proche, et ap­pré­cient le calme du sec­teur. Ils re­cherchent un bien de­puis près d’un an, alors, quand ce­lui-ci est mis en vente, ceux-ci n’hé­sitent pas une se­conde à de­man­der qu’une première vi­site soit or­ga­ni­sée. La vente est si­gnée au cours de l’été, et les tra­vaux dé­butent presque si­mul­ta­né­ment.

Dé­jà bien pen­sée

Inoc­cu­pée de­puis quelques an­nées, et af­fu­blée d’une dé­co­ra­tion ty­pique des an­nées 1970, avec ses ta­pis­se­ries, car­reaux et mo­quettes, la mai­son né­ces­site une vé­ri­table re­mise au goût du jour. Une chose est sûre, la dis­tri­bu­tion ra­tion­nelle des vo­lumes – pas de pertes en cir­cu­la­tion et des sur­faces équi­va­lentes dans cha­cune des chambres – en fait un lieu idéal pour ac­cueillir la fa­mille. L’en­trée et la cage d’es­ca­lier sont bien di­men­sion­nées,

et lu­mi­neuses. Elles font com­mu­ni­quer l’en­semble des pièces de sé­jour, cui­sine et salle à man­ger, qui rayonnent au­tour. Un seul dé­faut : le sa­lon. Bien que dou­ble­ment orien­té nord-sud, la pièce est toute en lon­gueur. Pour en­tre­prendre sa trans­for­ma­tion, les pro­prié­taires s’en­tourent d’un ar­chi­tecte, Lu­ca Pi­car­di, et d’une en­tre­prise tous corps d’état, Mon Concept Ha­bi­ta­tion (MCH), ins­tal­lée à Pa­ris.

Re­mise à jour

La mai­son adopte un sa­vant mé­lange de ma­té­riaux an­ciens et de mo­tifs contem­po­rains.

Sur le cô­té est de la meu­lière, se tiennent deux portes iden­tiques, par­tiel­le­ment vi­trées : l’une mène à la cave, et l’autre dans l’en­trée de l’ha­bi­ta­tion. Une rampe dis­crète, quelques pa­tères ar­ron­dies ( The Dots, Muu­to) et des touches de cou­leur : le ton de la ré­no­va­tion est don­né. La mon­tée de quelques marches donne ac­cès à un pre­mier ni­veau ; le sol est re­cou­vert de car­reaux de ci­ment jaune sa­fran, gris et blanc, ins­pi­rés des mo­tifs tra­di­tion­nels, mais d’une fac­ture contem­po­raine (Ate­liers Ze­lij, Tou­louse). Ce pa­lier dis­tri­bue les pièces de vie dont la ré­par­ti­tion est in­chan­gée. Dans la cui­sine, amé­na­gée sim­ple­ment (Ikea), l’ac­cent est mis sur la cré­dence, réa­li­sée

Les lu­mi­naires ap­portent une touche gra­phique dans chaque pièce

en car­reaux de ci­ment bleu co­balt au des­sin géo­mé­trique, du même fa­bri­cant que ceux de l’en­trée. La mise à nu des plan­chers du sé­jour ré­vèle un par­quet en pin. Il était dis­si­mu­lé par la mo­quette : un simple pon­çage, quelques re­prises et une passe de vi­tri­fi­ca­tion lui re­donnent son éclat d’ori­gine. Grâce à la dé­pose d’un mur por­teur et la pose d’une poutre IPN d’en­vi­ron 300 kg, le sa­lon et la salle à man­ger forment dé­sor­mais un grand L, et la pièce bé­né­fi­cie d’une double orien­ta­tion.

Des en­fants com­blés

Dans l’es­ca­lier, au­tre­fois cou­vert d’un ta­pis, les marches en chêne sont net­toyées et trai­tées, et les nez et contre­marches sont peints en blanc. Les murs d’échiffre sont ponc­tués d’ap­pliques noires aux al­lures de masques tri­baux (mo­dèle Sor­cier, La Chance) et sur le pre­mier pa­lier, un cha­peau me­lon (Geeves) par­achève l’am­biance fée­rique de cette pro­gres­sion vers le royaume des en­fants. La salle de bains est re­vê­tue, sol et murs, de grands car­reaux de grès cé­rame imi­ta­tion marbre, une for­mule moins coû­teuse et un en­tre­tien fa­ci­li­té,

Une am­biance mi­ni­ma­liste, mais qui ne manque pas de ma­lice cô­té en­fants

pour un ef­fet mi­ni­ma­liste. Quelques amé­na­ge­ments de bois ré­chauffent la pièce presque blanche, et les vasques ar­ron­dies (Moon, Le­roy Mer­lin) re­posent sur un plan po­sé en console sur deux équerres in­ox pour la touche mé­tal­lique. Dans la chambre des pa­rents, les pla­cards in­té­grés sont d’ori­gine, et la niche qu’ils forment est peinte en bleu pé­trole pour mar­quer l’em­pla­ce­ment du lit. Le der­nier étage est dé­dié aux en­fants. Sous les combles, ils trouvent des re­coins pra­tiques pour ran­ger leurs jouets. Les cloi­sons sous pentes sont abat­tues pour ga­gner en sur­face, elles laissent ain­si place à des pla­cards et leurs portes cou­lis­santes ou à des meubles di­men­sion­nés pour les tout-pe­tits. Dans la salle de jeu, les arêtes sont sou­li­gnées d’une marque noire et les pentes or­nées d’un mo­tif de petites croix qu’on se­rait bien ten­tées de re­lier. Der­rière la ban­quette, une ca­chette de pi­rate fait le bon­heur des gar­çons

2

1

2.

Au sol, la neu­tra­li­té du bé­ton ci­ré s’ac­corde par­fai­te­ment avec les des­sins des car­reaux de la cui­sine et de l’en­trée.

1.

Les lignes épu­rées de la cui­sine sont comme un écrin pour le car­re­lage bleu co­balt des Ate­liers Ze­lij. 1

2 2. Les di­men­sions des car­reaux de grès cé­rame agran­dissent la pièce.

1.

Les deux pla­cards in­té­grés des­sinent une niche dans la­quelle le lit des pa­rents trouve sa place.

3

3.

Les ra­dia­teurs fleu­ris en fonte sont conser­vés et re­peints. Rac­cor­dés au chauf­fage cen­tral, ils sont très ef­fi­caces et éco­nomes.

2.

Conte­nue dans un mou­choir de poche, la pe­tite salle d’eau re­çoit une douche, des w.-c. et une vasque.

3.

Sous la pente, des pla­cards pro­fonds pro­fitent des es­paces per­dus.

1.

Sur le pa­lier et dans les chambres, le plan­cher d’ori­gine est peint en blanc.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.