Ex­pos – sa­lons…

À la Ga­le­rie Da­nielle Bour­dette

Maisons Normandie - - Sommaire - Ni­ko­lai Dron­ni­kov

Ni­ko­lai Dron­ni­kov a ap­pris les cou­leurs dans les pierres char­riées par l'enis­sei et qui dans l'eau re­trou­vaient toute la pu­re­té de leur cou­leur. Ces co­lo­ris, il les a re­trou­vés plus tard dans la pein­ture des icônes, pein­ture fa­bri­quée à par­tir de terre et de pierres dé­layées à l'oeuf. La pein­ture a évo­lué avec le temps ; l'icône est im­muable. Ses cou­leurs pré­fé­rées, noir et blanc de neige, blanc et bleu d'été, un mur d'église sur le ciel, l'ocre et le bleu, le blé mur et le ciel d'au­tomne. Au dé­but du prin­temps c'est la couche épaisse de pous­sière qui après la neige em­pêche l'herbe tendre de pous­ser. Com­ment vivre sans sai­son ? Il des­sine de­puis des di­zaines d'an­nées pour se faire la main et ar­ri­ver à bros­ser un por­trait en deux ou trois traits. Il pra­tique tout pour dé­ve­lop­per sa main : la hache, la gui­tare, le cro­quis. L'amour qu'il porte très tôt à Ma­tisse et Van Gogh le sau­ve­ra pen­dant la pé­riode du réa­lisme so­cia­liste et ses longues an­nées d'études aux Beaux-arts de Mos­cou. En­suite c'est l'art russe an­cien qui l'at­tire, pein­ture et ar­chi­tec­ture qu'il connai­tra mieux au cours d'ex­pé­di­tions dans les coins les plus re­cu­lés de Rus­sie. Il étu­die­ra tout par­ti­cu­liè­re­ment la cou­leur dans l'art russe po­pu­laire (icône et art tra­di­tion­nel). C'est l'un des pre­miers qui pein­dra l'ar­chi­tec­ture an­cienne pour y faire le lien avec le pay­sage russe. Les fresques, les icônes et l'ar­chi­tec­ture d'avant Pierre le Grand, cet art à mi-che­min de l'eu­rope et de l'asie, in­fluen­ce­ra sa grande sé­rie de ta­bleaux « Pay­sage russe » réa­li­sés entre 1963 et 1972.

Quai de Seine en hi­ver

Mos­cou

Au­to por­trait

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.