DES­SINS & AQUA­RELLES

Maisons Normandie - - C'est A Voir -

Ins­tinc­tif ou ri­gou­reu­se­ment tra­cé, le des­sin est à l'hon­neur pour l'ex­po­si­tion d'au­tomne 2017 de la Ga­le­rie Ber­tran. Du 29 sep­tembre au 24 oc­tobre, la Ga­le­rie suit du re­gard le trait d'un crayon et le pin­ceau de l'aqua­rel­liste évo­luant sur une feuille de pa­pier. Étude pour une oeuvre im­por­tante ou bon­homme « tê­tard » d'un jeune en­fant, le des­sin est in­con­tour­nable. Des fresques ru­pestres à nos jours, le des­sin est sou­vent le com­men­ce­ment de tous pro­jets. La pé­riode choi­sie pour l'ex­po­si­tion, se si­tue à la fin du XIXE et jus­qu'au mi­lieu du XXE siècle. Époque où les ar­tistes étu­dient le des­sin avec ri­gueur dans les écoles d'art. Le des­sin est cro­quis, es­quisse, ébauche ou to­ta­le­ment abou­ti. Dans ce der­nier cas, il de­vient une oeuvre d'art à part en­tière, au même rang qu'une pein­ture. Les ar­tistes pos­sé­dant plei­ne­ment la tech­nique du des­sin épou­se­ront une ou plu­sieurs de ses uti­li­sa­tions. Des­si­ner peut ser­vir à tra­vailler sa tech­nique comme le mu­si­cien tra­vaille ses gammes, à conser­ver une bonne per­cep­tion vi­suelle, à me­su­rer l'es­pace, les pro­por­tions et les angles, à trans­crire la cou­leur en noir et blanc, à faire sa mise en page avant de com­men­cer une pein­ture. Cer­tains des­si­na­teurs en lais­sant libre cours à leur ima­gi­na­tion, vont li­bé­rer leur bras et le lais­ser créer sans trop le contraindre. D'autres, vont s'achar­ner mé­tho­di­que­ment à trans­crire ce qu'ils ima­ginent ou ce qu'ils voient. Le ré­sul­tat d'une créa­tion sur pa­pier res­ti­tue plus de spon­ta­néi­té que la pein­ture à l'huile qui est plus com­plexe et ar­due à mettre en place. L'éner­gie in­duite par le mou­ve­ment est vi­sible. Les traits de la mine de plomb nous laissent de­vi­ner le geste de l'ar­tiste et rythment les oeuvres. Proche du crayon, l'aqua­relle est un autre pro­cé­dé ra­pide adop­té par cer­tains ar­tistes. Elle leur per­met de se dé­pla­cer sans s'en­com­brer et de tra­vailler d'après na­ture. Les po­chades réa­li­sées laissent ap­pa­raître le pa­pier par trans­pa­rence. Ce der­nier est source de lu­mière, le blanc étant absent de la pa­lette. La tech­nique ne per­met ni re­pen­tir, ni re­touche et sup­porte peu les su­per­po­si­tions. Le des­sin et l'aqua­relle sont deux pra­tiques ra­pides à main le­vée aux­quelles on peut ajou­ter la gouache, le pas­tel et l'encre. Elles per­mettent d'al­ler im­mé­dia­te­ment à l'es­sen­tiel du su­jet sans se perdre dans les dé­tails. La sé­lec­tion d'ar­tistes pré­sen­tée à la ga­le­rie réunit des spé­cia­listes de l'art sur pa­pier. De nom­breux des­sins, aqua­relles, encres et pas­tels sont réunis. Pour les ama­teurs de pein­tures, quelques toi­les viennent agré­men­ter cette ex­po­si­tion. An­toine Ber­tran Ga­le­rie Ber­tran 108, rue Mo­lière 76000 Rouen

Mi­chel Fre­chon (1892–1975) : Por­trait d'homme Fu­sain si­gné en haut à droite vers 1917. 46 x 61 cm

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.