EX­POS – SA­LONS…

Maisons Normandie - - Sommaire -

Pour sa 8e édi­tion, Planche(s) contact, ras­semble, sti­mule, ex­plore et par­tage une nou­velle fois de mul­tiples vi­sions d'une ville. Deau­ville se ré­vèle, an­née après an­née, en se confron­tant et en se prê­tant à l'en­semble des pra­tiques et des écri­tures pho­to­gra­phiques. Cette édi­tion 2017 pose la plage Deau­ville comme fil rouge du fes­ti­val et de ses ex­po­si­tions. De sa re­la­tion avec la mode, aux nou­veaux re­gards po­sés sur ceux qui s'y cô­toient. C'est un es­pace ai­mé et adop­té, de­puis plus de trente ans, par Pe­ter Lind­bergh. C'est l'un des pho­to­graphes contem­po­rains les plus mar­quants. Vi­sion­naire, il bous­cule les codes de la pho­to­gra­phie de mode post­mo­derne en in­tro­ni­sant dans ses com­po­si­tions une nou­velle image de la femme, mo­derne et af­fran­chie des codes de beau­té an­ciens, où peu d'im­por­tance est por­tée au vê­te­ment. Pe­ter Lind­bergh réa­lise des images in­tem­po­relles, entre ap­proche hu­ma­niste et idéa­li­sa­tion de la femme. Convain­cu que l'in­té­rêt d'un su­jet ré­side ailleurs que dans son âge, il bous­cule les normes de la pho­to­gra­phie de mode à une époque où l'on a l'ha­bi­tude d'exa­gé­ré­ment re­tou­cher les images. Il ex­plique que « la res­pon­sa­bi­li­té des pho­to­graphes, au­jourd'hui, doit être de li­bé­rer les femmes et, en somme, tout le monde, de la han­tise de la jeu­nesse et de la per­fec­tion ». De­puis la fin des an­nées 1970, Lind­bergh tra­vaille pour de pres­ti­gieuses marques et ma­ga­zines, no­tam­ment les édi­tions amé­ri­caines, ita­liennes et al­le­mandes du­vogue,l'édi­tion amé­ri­caine du Har­per's Ba­zaar ain­si que les ma­ga­zines, Rol­ling Stone, Va­ni­ty Fair, Wall Street Jour­nal Ma­ga­zine, Vi­sio­naire, In­ter­view et W. Ses mo­dèles, ses cou­leurs et ses lu­mières, ins­pirent Agnes B. di­rec­trice ar­tis­tique as­so­ciée à cette édi­tion 2017, tan­dis que Claude No­ri et Va­san­tha Yo­ga­nan­than, pho­to­graphes ar­pen­teurs des plages mé­di­ter­ra­néennes, ex­plorent et res­ti­tuent, avec leurs re­gards com­plé­men­taires, les réa­li­tés so­cio­lo­giques des pis­cines et des ca­bines de bains de Deau­ville. Fran­çoise Hu­guier, pho­to­graphe ve­nue de la mode, vient cette fois à la ren­contre des Deau­villais des lo­ge­ments so­ciaux de la ville qui co­ha­bitent quo­ti­dien­ne­ment avec une plage qui est aus­si la leur. Ti­na Das­sault et An­na Vi­vante ré­vèlent pho­to­gra­phi­que­ment comment chaque ma­rée dé­pose sur le sable une bande com­po­site d'élé­ments ve­nus de la mer, une ar­chéo­lo­gie contem­po­raine, à la fois « trou­vailles - tré­sors et mi­sères - na­tu­relles et an­thro­piques ». Pa­ral­lè­le­ment à ces com­mandes pho­to­gra­phiques, deux pho­to­graphes in­vi­tées par Agnès b – Em­ma Char­rin & Cé­line Ville­gas, Lyn­da Laird , lau­réate du con­cours étu­diants 2016 et cinq jeunes pho­to­graphes en dé­but de car­rière s'im­mergent dans Deau­ville, avec leurs ai­nés, le temps d'une ré­si­dence pho­to­gra­phique de trois se­maines. De­puis sa créa­tion en 2010, Planche(s) contact – le Fes­ti­val de créa­tions pho­to­gra­phiques de Deau­ville - ne cesse de se re­nou­ve­ler avec des pro­po­si­tions et des ex­plo­ra­tions d'une ville qui n'en fi­nit pas de dé­voi­ler ses mul­tiples iden­ti­tés.

Ch­ris­ten Mac Me­na­my, 2009. Pe­ter Lind­bergh (courtesy Pe­ter Lind­bergh, Pa­ris).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.